Femina Logo

FEMINA La dépression de l'enfant est une maladie dont on entend parler depuis assez peu de temps, pourquoi? Y a-t-il plus de cas?
DR MARCELLI Non, pas vraiment. En revanche, il y a une meilleure formation des professionnels de santé qui facilite son repérage. Puis il ne faut pas négliger le fait que certains pédopsychiatres collaborent avec des laboratoires spécialisés dans le traitement de la dépression et ont donc tout intérêt à ce que l'on en parle! Mais surtout, il y a une plus grande intolérance de la part des parents à l'égard des souffrances de l'enfant. Aujourd'hui, plus que jamais, tout parent élève son enfant avec le désir qu'il soit heureux et épanoui, donc la moindre manifestation de tristesse est vécue comme une faillite éducative.

Pourtant, une tristesse n'est pas une dépression…
Non, en effet, il faut distinguer la tristesse, le gros chagrin, jusqu'à l'état proprement dépressif qui reste, lui, très rare. Mais cette distinction est difficile. D'abord parce qu'elle ne peut pas se faire sur un examen unique et instantané; il faut prendre en compte la durée, l'évolution des symptômes et l'environnement. Ensuite, parce que, contrairement à l'adulte, l'enfant ne dit pas: «je suis déprimé». Ce sont des symptômes périphériques qui révèlent la maladie.

Quels sont ces symptômes?
Des troubles du sommeil, une perte d'appétit, une grande fatigue, l'impression donnée d'être souvent «absent». Une difficulté de concentration qui fera chuter ses résultats en classe. Parfois, une forte irritabilité… Ces symptômes ne sont évidemment pas spécifiques à une dépression. Mais ils doivent alerter quand ils s'installent dans le temps au-delà de trois semaines ou un mois, et quand, de manière générale, ils font dire aux parents: «je ne le reconnais plus», «il n'est plus comme avant». Ces phrases montrent que l'enfant ne vit pas qu'une émotion passagère, mais un changement profond d'état.

Quelles sont les causes les plus fréquentes de dépression?
Outre les cas de maltraitance et de sévices, elle succède presque toujours à une perte: mort d'un proche, déménagement donc perte d'un copain ou copine… En tout cas à un événement douloureux, du point de vue de l'enfant, qui n'est pas celui du parent! Ainsi, la mort du chat qu'il a connu depuis sa naissance peut être, pour lui, un traumatisme aussi fort que la mort d'un frère, par exemple, alors que pour les parents, ce ne sera pas si grave. Ils vont lui dire: «Ne te mets pas dans cet état, ce n'est qu'un animal! On va en prendre un autre.», et minimiser ainsi son émotion. Non pas par mépris ou négligence, mais parce qu'ils souffrent de voir l'enfant malheureux. Or, la dépression naît justement du fait que l'enfant ne trouve pas autour de lui les soutiens qui lui permettent de dire sa peine. Pour parler en termes psy, la dépression correspond à la fixation d'un état affectif qui n'a pas pu être élaboré.

Que peuvent faire les parents?
D'abord, reconnaître que l'enfant a le droit d'avoir ses propres états affectifs et qu'il a besoin de les partager. Donc ne pas banaliser ou nier sa souffrance par des: «ne pleure pas, ce n'est rien», qu'il va traduire par: «je n'ai pas le droit d'être triste», «je ne dois pas le montrer à maman». Au contraire, il s'agit de l'accompagner: «tu es triste, je le comprends, on peut en parler si tu veux.» Mais cela suppose d'accepter que l'enfant traverse cette souffrance. Et que cela puisse prendre un peu de temps. Si les parents ont tendance à se tourner vers des traitements médicamenteux, c'est parce qu'ils ne veulent pas voir leur enfant souffrir et espèrent ainsi le guérir plus vite. C'est une grave erreur: le meilleur traitement est relationnel. Le traitement médicamenteux doit être réservé à des cas extrêmement graves et rarissimes.

A partir de quand consulter?
Quand le mal-être dure au-delà d'un mois et qu'on ne parvient pas à faire parler l'enfant. Alors l'intervention du tiers devient nécessaire. Sans quoi, l'enfant risque d'enfouir en lui ce noyau de bile noire; parfois il va s'adapter et vivre avec à peu près normalement, jusqu'à ce qu'un autre événement douloureux le fasse remonter à la surface.

A lire

«A l'écoute des émotions de l'enfant», de Claudia Gold, préface de Daniel Marcelli, Ed. Albin Michel, février 2014, 244p.

Tristesse, colère, angoisse: comment entendre et surtout comment se comporter face aux émotions que peuvent traverser les enfants? Comment développer l'empathie et lui apprendre à gérer ses sentiments? Pédiatre, l'américaine Claudia Gold fournit ici des conseils concrets, argumentés par les dernières recherches en psychologie et en neuro-sciences.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina