Femina Logo

famille

Obésité infantile: bien choisir ses mots avec un enfant en surpoids

Stigmatiser son enfant en surpoids avec des mots trop directs n'est pas conseillé, selon une nouvelle étude américaine.
© DR

Cette étude publiée le 26 septembre 2011 sur le site internet de la revue Pediatrics a demandé à 445 parents ce qu'ils pensaient d'une dizaine de mots et expressions utilisés par les médecins pour évoquer le poids d'un enfant. "Obèse" et "gros" n'ont pas eu les faveurs des parents alors que des expressions telles que "IMC élevé", "problème de poids" et "en surpoids" leur semblaient moins culpabilisantes et donc plus appropriées.

"Je pense [que nous devons être] très conscients du fait que de nombreux parents et enfants en surpoids on peut-être subi une stigmatisation et sont sensibles au langage qu'on utilise," selon le médecin Dianne Neumark-Sztainer, professeur d'épidémiologie à l'Université du Minnesota (Etats-Unis), dans une interview avec le site spécialisé MyHealthNewsDaily.com. "Nous voulons vraiment qu'ils soient à l'aise dans le cabinet du praticien pour qu'ils y reviennent et qu'ils acceptent d'être conseillés."

Alors que l'obésité infantile est un vaste problème de santé publique aux Etats-Unis et dans de nombreux pays occidentaux, la stigmatisation de ceux qui luttent contre ce problème est aussi très répandue. Une étude australienne récente a montré que l'obésité accroît le risque d'isolement social des jeunes enfants à l'école.

Si votre enfant est en surpoids ou obèse, il est important de s'impliquer, selon le psychiatre pour enfants Paul Ballas dans une interview avec le site spécialisé WebMD. Il est conseillé d'aider son enfant en l'encourageant à pratiquer un sport, en lui servant des plats équilibrés et en recherchant des activités de groupe au cours desquelles il pourra se faire des amis.

Même si l'activité physique est cruciale, le sport en compétition pourrait contribuer à la stigmatisation d'un enfant trop lourd et lui procurer un sentiment d'échec, selon le docteur Ballas. Il est conseillé de mettre l'accent sur d'autres activités comme la musique ou l'école. "On peut encourager ces activités pouvant entraîner des bienfaits sociaux qu'ils ne pourraient peut-être pas connaître avec le sport".

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Podcast Tout va bien E80: L'utilité de l'EFT dans la gestion du stress

Dans vos écouteurs

Tout va bien podcast E79: Le rôle du mental dans l'arrêt de la cigarette

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné