Femina Logo

«Je suis multisports, les bébés le sont par nature. Mais ils n’ont pas la technologie sportive dont nous disposons, nous les adultes. Quand on les promène l’hiver en porte-bébé, ils ont les mollets à l’air. Plus grands, ils se trempent dans la neige, leurs moufles glissent constamment.» Ainsi s’est longtemps agacée Michelle Guiliano, entrepreneuse et championne, athlète confirmée qui nageait en compétition dès l’âge de 5 ans et «gagnait une médaille d’or contre tous les garçons».

Née à Englewood à dix minutes de New York, la future entrepreneuse grandit entre le New Jersey et l’Arizona. Après des études d’anglais et de sciences politiques, elle veut être juriste puis lobbyiste démocrate, mais devient consultante en vente et marketing, une seconde nature pour cette Américaine hardie. «Aux US on apprend à gagner de l’argent très tôt, c’est dans notre culture, on sait comment vendre, on n’a pas besoin de l’apprendre!»

Aux arts, chant, photo, peinture, elle enchaîne athlétisme, volley et basketball. Puis elle devient coach d’aviron, un métier et une grande passion qui la verront se qualifier avec son équipe pour des compétitions nationales: «Etudiante, j’en faisais déjà 30 heures par semaine en plus des cours et des petits boulots.»

A l’époque, «il n’y avait rien pour les femmes athlètes, aucun textile performant ni régulant la transpiration, tout était fait pour les hommes. Pour nous c’était trop ample ou trop collant, ça flottait, ça se coinçait, on avait froid. Tout a décollé dans les années 1990 sans être encore abordable». Convaincue qu’un matériel adapté augmenterait ses performances, elle se passionne déjà pour la «technologie vestimentaire d’extérieur».

La Suisse, pays idéal…

La vie de couple avec un mari danois, athlète comme elle, la conduit en Europe. Zurich, puis Genève, où elle fait quatre années les 160 kilomètres du Tour du Léman à l'aviron, et remporte en 2007 la compétition dans la première équipe mixte. «Je suis tombée amoureuse de ce pays, je pouvais y faire du sport toute la journée, et en randonnée même les personnes âgées me doublaient! Je me suis dit, ici on va m’apprendre à marcher!» Depuis, elle s’est établie dans le Pays de Gex, à Divonne.

Mère de deux garçons, elle n’a voulu à aucun prix renoncer à ses activités, a fait du sport enceinte et goûté la vie de plein air avec ses nouveau-nés attachés sur son ventre ou son dos. «Je ne voulais rien perdre, ni identité ni mode de vie, je voulais être libre avec eux, marcher en ville comme en pleine nature, plusieurs heures même en plein hiver.»Mais elle est vite frappée par le manque de produits adaptés aux sorties des tout-petits et aux intempéries. S’inspirant de la règle d’or des Scandinaves, «il n’y a pas de mauvais temps pour sortir, juste des parents mal préparés et mal équipés», elle dessine ses idées entre deux tétées, réfléchit aux moyens d’éviter les engelures aux bébés assoupis, imagine l’aventure en toute sécurité.

En 2009, à 33 ans, Michelle Guiliano sort sa première gamme de vêtements. Celle-ci se compose de cocons, mitaines et bottines enveloppants, «une fabrication de qualité puisque 90% du produit est suisse». La marque appelée BolderKids (enfants intrépides), décline des produits écologiques et surtout une vision, «un instrument de liberté pour que les parents profitent de la vie de plein air avec un bébé. Car ils peuvent être dehors par tous les temps, en pleine confiance». Un point de vue qui a déjà convaincu puisqu’elle a fini en 2011 parmi les six finalistes des 300 concurrents du plus grand salon au monde des articles de sport, Ispo à Munich.

Tous les produits et les lieux de vente: www.bolderkids.com

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina