Femina Logo

news people

Lulu Gainsbourg: tellement «Gainsbourg» mais désormais aussi «Lulu»

Lucien 'Lulu' Gainsbourg, après avoir revisité en 2011 les chansons de son génie de père, publie lundi son premier album de compositions personnelles, 'Lady Luck', oscillant entre pop et ballades au piano.
© DR

Lulu Gainsbourg, après avoir revisité en 2011 les chansons de son génie de père, publie lundi son premier album de compositions personnelles, «Lady Luck», oscillant entre pop et ballades au piano. C'est un disque où plane l'ombre de Serge mais où le fils réussit à imposer sa patte.

«Je ne vais pas m'empêcher d'exister parce que mon père était un grand de la chanson française, j'ai aussi des choses à dire», explique Lulu, 29 ans, verbe rare le rapprochant son père (décédé en 1991 quand il avant 5 ans) et longue chevelure brune héritée de sa mère, Bambou.

Un côté «Gainsbourg»...

Serge Gainsbourg n'avait pas son pareil pour faire chanter les femmes et notamment les actrices (de Brigitte Bardot à Vanessa Paradis en passant par Jane Birkin ou Isabelle Adjani). Son fils en fait autant. Après avoir fredonné «Bonnie and Clyde», avec l'actrice Scarlett Johansson dans son album de reprises, il invite cette fois l'actrice Anne Hathaway («The Cure») et la plasticienne Ara Starck, fille du designer Philippe («It's Always Something»).

«Ces duos se sont faits naturellement. Ara Stark, c'est un peu une grande soeur pour moi, une amie d'enfance. Anne Hathaway, c'est plus le hasard, on s'est rencontré, on a sympathisé», explique Lulu.

Le goût des arrangements soignés

Sur «Moushka», chanson où il s'adresse à sa mère, Lulu Gainsbourg confesse des batteries «ambiance Melody Nelson». Sur «Destiny», morceau dédié à son père, il assume aussi une couleur «gainsbourienne» volontaire. «Les fans de Gainsbourg et les musiciens reconnaîtront des touches de Melody Nelson ou de Marilou sous la neige», souligne Lulu, qui joue lui-même du piano depuis l'âge de 4 ans et est diplômé du prestigieux Berklee College of Music de Boston.

Comme son père, qui avait touché à la disco ou au reggae, l'érudit Lulu touche à tous les styles, de la pop aux ballades éthérées au piano en passant par le funk dans l'entraînant single «Lady Luck». «Je ne me pose pas la question de savoir si je fais ou non comme mon père. Beaucoup de fils font comme leur père, dans beaucoup de métiers», évacue-t-il. Les rejetons Cohen (Adam, fils de Leonard), Lennon (Sean, fils de John) ou Higelin (Arthur H, fils de Jacques), tous chanteurs, en témoignent.

... Mais un vrai côté Lulu

Côté textes, Serge Gainsbourg a su malaxer la langue française comme peu d'auteurs, passant maître dans les double sens et les jeux de mots plus ou moins élaborés. Chez Lulu, la chanson s'écrit en anglais.

«J'ai quitté la France depuis 2006», rappelle le chanteur, passé par l'Angleterre avant de rejoindre Boston puis New York (où il a enregistré son album de reprises) et enfin revenir à Londres il y a deux ans, afin de «se rapprocher de (sa) mère, qui vit toujours à Paris».

«J'aime beaucoup la culture anglo-saxonne», souligne celui dont les influences vont de Stevie Wonder à Radiohead en passant par Michael Jackson, les Rolling Stones ou Jamiroquoi. Il n'exclut pas pour autant d'écrire en français, «un jour».

Discrétion plutôt que provocation

Serge Gainsbourg était devenu, en public, le trouble «Gainsbarre», maniant cynisme et provocation, de préférence en direct à la télévision. Le discret, voire timide, Lulu estime, lui, «ne pas avoir besoin de (se) mettre dans la peau d'un personnage, je suis musicien avant tout», dit-il.

Une absence de cynisme perceptible notamment dans ces chansons sensibles, presque naïves, où il s'adresse à sa mère («Tu m'as appris comment me tenir/Et m'as aidé à comprendre/Ce qui est bien/Ce qui est vrai») ou à son père («Tu me protèges aujourd'hui/Comme si tu étais toujours ici avec moi/Montre-moi le chemin/Conduis-moi à mon destin»).

La mythologie Gainsbourg, «j'essaie de me séparer de ça à ma manière, à travers ma musique, je pense que j'en ai le droit», souligne-t-il. Comme s'il était fier, avec ce premier album personnel, d'être devenu enfin chanteur.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.