Femina Logo

news société

Les objets veulent ma peau!

Sonia header web edito orange 0

Le dieu des transports en commun est – comme celui de l’Ancien Testament – retors, tendance La vengeance est un plat qui se mange froid.

© Ludovic Andral

Je suis en phase de conversion religieuse. Je glisse inexorablement vers l’animisme. Ça a commencé avec la machine à café de mon étage, à Tamedia. Les gens entrent, mettent une capsule, obtiennent un café de la longueur souhaitée et s’en vont. Moi j’arrive, je mets la capsule et les ennuis commencent. Il y a la fois où la capsule est avalée d’entrée, celle où elle explose, celle où l’eau glougloute mais ne coule pas et celle où tous les voyants sont au vert mais néanmoins il ne se passe absolument rien quand j’appuie sur le bouton. La chose est donc établie, la machine a une âme et elle ne me veut pas du bien.

Une guigne mobile

Pareil avec les transports publics. Je suis à fond pour. Je n’ai même pas de voiture. Mais le dieu des trains et des avions ne m’aime pas. J’ai tout eu: de la neige à Tokyo comme il n’en était plus tombé depuis 40 ans avec, à la clé, 24 heures coincée dans un aéroport inatteignable et plein à craquer, sans compter la pénurie de vivres et de toilettes… bref, l’état de siège; un avion qui décolle et se repose dans la foulée à cause de l’orage; un autre sur le point de décoller, mais le pilote, réalisant tout d’un coup qu’il avait déjà dépassé son quota journalier d’heures au manche, nous renvoie tous à la maison.

Mon dernier voyage? Un aller-retour de deux jours pour une ville européenne. Me sachant maudite, je consulte l’horaire en ligne, pour m’apercevoir que les liaisons ferroviaires vers Genève-Aéroport sont soit très en retard, soit supprimées.

Comment j’ai soigné ma peur de l’avion en quelques clics

Ne jamais baisser la garde!

Je me crois maligne et prends le bus. Mais le dieu des transports en commun est – comme celui de l’Ancien Testament – retors, tendance La vengeance est un plat qui se mange froid. C’est au retour qu’il m’a cueillie. Alors que j’avais baissé la garde, un des réacteurs de l’avion a eu un souci technique. Le plan initial était d’attendre sur le tarmac qu’une pièce de rechange arrive de… Zurich. Plan qui a finalement été abandonné. Comme les passagers, d’ailleurs.

Bref, sur le fond, je suis déjà convertie à ma nouvelle religion, mais dépourvue de toute référence pratique en matière d’animisme. Comment savoir par quel geste ou propos inconsidéré j’ai offensé l’esprit d’un aéronef? Et surtout, surtout, comment fait-on pénitence dans ce genre de cas? On offre du miel et des fleurs à une maquette de 747?

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.