Femina Logo

Inspirés par la grande proportion d'enfants singapouriens bilingues, les chercheurs ont testé les aptitudes cognitives de 114 bébés de six mois au moyen de visuels. Ils ont ainsi constaté que les bébés bilingues étaient capables de reconnaître les images familières plus rapidement que les bébés monolingues. En effet, à la vue d'images inconnues, les bébés bilingues ont affiché un intérêt plus marqué que les bébés élevés de façon monolingue.

La moitié du groupe a été exposé à l'une des images, d'un ours et d'un loup, jusqu'à ce qu'elle leur devienne familière. Les bébés bilingues se sont plus vite lassés de l'image familière que les monolingues. Les chercheurs ont choisi cette méthode en se fondant sur de précédentes études établissant un lien entre l'intérêt porté aux images nouvelles et des aptitudes accrues en matière d'apprentissage chez les petits. Ils se sont aussi appuyés sur l'idée que les habitudes visuelles développent la curiosité naturelle des petits.

Plus efficaces dans l'apprentissage

Ces études ont montré que les enfants qui se lassent rapidement d'une image familière obtiennent de meilleurs résultats que leurs pairs en matière d'apprentissage, qu'il s'agisse de la formation de concepts, de la cognition non verbale, du langage expressif et réceptif ou des tests de QI. Cela paraît peu surprenant si l'on considère que les bébés bilingues rencontrent davantage de mots nouveaux que les monolingues et doivent prêter une attention soutenue pour parvenir à communiquer de façon efficace. L'efficacité du traitement de l'information que requiert l'apprentissage simultané de deux langues, permet au bébé de développer des capacités d'efforts supérieures à la moyenne.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.