Femina Logo

Au travers d'une vaste enquête menée en Californie du Nord, les chercheurs ont analysé les données de 4.145 femmes ayant accouché entre 2007 et 2009 et suivi les dossiers médicaux de leurs enfants entre l'âge de 2 et 5 ans.

Leurs conclusions ont été publiées dans la revue American Journal of Obstetrics and Gynecolgy et révèlent que 20,4% des enfants dont les mères avaient pris plus que le poids recommandé pendant la grossesse sont obèses ou en surpoids. Près de 19,5 % de ceux issus de mères ayant pris peu ou pas assez de poids souffraient des mêmes troubles. Ce chiffre passait à 14,5 % pour les femmes dont la prise de poids avait été "normale" ou similaire aux recommandations établies.

Les chercheurs notent encore que les femmes dont l'indice de masse corporelle (IMC) était normal avant la grossesse, mais ayant pris plus que le poids admis, avaient un risque accru de 80% de mettre au monde un enfant qui deviendrait plus tard obèse ou en surpoids. "Cette association est indépendante des facteurs génétiques", relate le docteur Monique M. Hedderson, co-auteur de l'étude.

Pour rappel, les scientifiques du Kaiser Permanente listent les valeurs de prise de poids recommandées par l'Institut de médecine qui sont de 5 à 9 kg pour un IMC supérieur à 30, de 7 à 11 kg pour un IMC compris entre 25 et 29 , de 11 à 16 kg si l'IMC est compris entre 18,5 et 25 et enfin de 13 à 18 kg si l'IMC est inférieur à 18,5 kg.

"Prendre trop ou pas assez de poids peut affecter à long terme les mécanismes qui contrôlent la régulation de l'équilibre énergétique et du métabolisme, tels que l'appétit et la dépense d'énergie", ajoute Sneha Sridhar, auteur principal de cette étude.

Rester mince pendant sa grossesse n'est donc pas forcément une bonne idée, pas meilleure que celle de manger pour deux !

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.