Femina Logo

92-46-84. Les mensurations de Barbie sont loin d’être naturelles, lorsque l’on sait qu’un mannequin «idéal» affiche 86-61-86. L’amie de notre enfance possède une taille si mince que, si elle existait vraiment, on devrait lui couper une partie des intestins… Sans parler de ses chevilles trop fines, de son cou trop allongé, son maquillage de camion volé.

Barbie aurait-elle fait son temps? C’est l’avis de Nickolay Lamm, un artiste américain. Après avoir imaginé, en 3D, une poupée plastique aux mensurations humaines, Nickolay est allé plus loin. «J’ai reçu beaucoup de mails me demandant de créer une véritable poupée, a-t-il expliqué au «Huffington Post». Mon but était de réaliser une figurine abordable, qui promeut des normes de beauté réalistes.» Il a ainsi pu prouver que l’originale était «contre-nature».

Moins de maquillage, plus de formes

Lammily, tel est le nom de cette poupée «normale». Nickolay Lamm a dessiné ses formes en utilisant les mesures moyennes des corps des femmes américaines. Il lui a également ajouté des articulations, atténué son maquillage outrancier, imaginé des coupes de cheveux plus standards.

Lammily n’est pas encore disponible dans le commerce: son créateur doit récolter 95'000 dollars pour lancer son projet. Il a ainsi créé une plate-forme de crowdfunding. Plutôt surprenant, Nickolay peut compter sur le soutien de Robert Rambeau, l’ancien vice-président de Mattel, l’entreprise qui a imaginé la Barbie originale. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la cagnotte de Nickolay s’élève à 91'000 dollars. L’arrivée de Lammily est proche!

DR
1 / 5© DR
DR
2 / 5© DR
DR
3 / 5© DR
DR
4 / 5© DR
DR
5 / 5© DR

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.