Femina Logo

C’est toujours risqué de parler de la pluie, qui peut s’arrêter d’un instant à l’autre. Mais tant pis, en attendant elle nous en fait voir. Désespérante, elle n’a cessé de tomber, faisant le bonheur des vendeurs de parapluie agglutinés aux abords du palais et le malheur des festivaliers au bord de la crise de nerfs. Battre la semelle par beau temps c’est déjà plombant, mais poireauter sous des trombes d’eau, allô maman bobo! Je sais ça date, mais que voulez-vous dans le genre, je préfère de loin Alain Souchon à Nabila!

Enfin heureusement que depuis le début du festival, il y a de quoi se remonter le moral dans les salles obscures. La plupart des films vus jusqu’ici valent en effet bien de se mélanger les pébroques dans les files d’attente. A commencer par Le passé dans lequel explose le talent de la rayonnante, ravissante et intelligente Bérénice Bejo.

Il y a deux ans elle triomphait avec Jean Dujardin dans The Artist, muet en noir-blanc césarisé et oscarisé de Michel Hazanavicius. L’an dernier elle avait été choisie pour jouer la maîtresse de cérémonie, un rôle qu’elle a trouvé particulièrement stressant. Mais utile. «Quand on a l’a tenu une fois, après on peut tout faire »!

Elle le démontre superbement chez l’Iranien Asghar Farhadi, Ours d’Or à Berlin avec Une séparation acclamé partout depuis. Le passé ne devrait pas échapper non plus à l’engouement général. Bérénice Bejo y interprète Marie, une Française séparée depuis quatre ans de son mari iranien, qui vient la rejoindre ä Paris pour officialiser le divorce. Il découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille Lucie et lève le voile sur un drôle de secret en tentant, souvent maladroitement, d’améliorer la situation.

Genre marmite à vapeur contrairement aux mâles plus fuyants, Marie se démène, prend les décisions, s’énerve, pose les questions qui fâchent. Bérénice a aimé chez cette femme le fait qu’elle ne lui ressemble absolument pas. «Quel bonheur de pouvoir jouer un personnage aussi éloigné de soi. En tant qu’actrice, j’ai vécu des moments exceptionnels».

Et nous aussi. D’autant qu’on retrouve notamment à ses côtés Tahar Rahim, magnifique acteur dans l’inoubliable Audiard Un prophète. Particulièrement demandé depuis et toujours aussi bon, il partage également l’affiche dans Grand Central en compétition dans la section Un certain regard, avec Léa Seydoux, l’héroïne de la Suissesse Ursula Meier dans L’enfant d’en-haut.

Eh oui, c'est un tout petit monde que l’univers enchanté de la pellicule.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina