Femina Logo

news people

Jane Fonda: un feu, mille vies

Jane Fonda Femina

L'actrice, productrice et agitatrice d'idées fêtera ses 81 Noëls le 21 décembre 2018.

© Getty

C’est qui?

Légende du cinéma doublement oscarisée, sex-symbol, militante pacifiste, féministe engagée, chantre du fitness à domicile, mannequin…

De Barbarella à Hanoi Jane et de Mme Aerobic à Jane F. qui se bat au quotidien contre la politique de Trump, tout le monde a «sa» Jane Fonda. Ce qui l’amuse. Car comme le dit la fille d’Henry Fonda, qui fêtera ses 81 ans le 21 décembre, ces 1000 vies n’en font qu’une: celle d’une femme farouchement indépendante, blindée par les abus sexuels subis dans l’enfance et la perte de sa mère à 12 ans et, surtout, mue par des idéaux libertaires dont elle s’est nourrie à Paris, en Mai 68, guidée par Simone Signoret ou Simone de Beauvoir.

Oui, elle a accepté le jeu de la célébrité. Mais dans le but de «servir» ses principes. Ses vidéos de gym? Elles ont financé les campagnes de son conjoint d’alors, le Démocrate Tom Hayden. Les manifs qui lui ont valu d’être fichée par le FBI et arrêtée dans les années 1970? Une mise en lumière de causes qui lui tiennent à coeur. Et ça n’est pas fini: «Aujourd’hui, j’ai la démocratie à défendre, la planète à protéger…»

Jane Fonda: «Je ne me bats pas contre les rides»

Pourquoi on en parle?

Côté cour, Jane Fonda illumine le petit écran dans la série Netflix Grace & Frankie, dont la saison 4 est actuellement diffusée, tandis qu’au cinéma, elle donne la réplique à Diane Keaton et Candice Bergen dans le film Book Club, sorti cet été.

Diane Keaton et Jane Fonda découvrent «50 nuances de Grey» dans «Le Book Club»

Côté jardin, le 19 octobre 2018, elle a reçu des mains de son ami Costa-Gavras le Prix du prestigieux Festival de cinéma Lumière de Lyon. Mais ce n’est pas tout.

Parallèlement, la plus antistar des étoiles américaines est aussi à l’honneur de la Cinémathèque Française, à Paris, qui lui consacre une grande rétrospective jusqu’au 5 novembre.

Par ailleurs, infatigable, elle sillonne les Etats-Unis pour tenter de mobiliser l’électorat noir en vue du scrutin de mi-mandat, le 6 novembre prochain:

«Avant Trump, je me disais qu’il était temps que j’apprenne à jardiner. Le lendemain de l’élection, j’ai compris que cela n’était plus possible. Ni même envisageable!»

«Quand on est jeune, on ne sait pas quel est le sens de la vie. C’est pour ça qu’il est si agréable de vieillir: on finit par le découvrir!»

Qu’est-ce que les autres en disent?

Détestée par Trump et ses sbires, qui voient en elle une dangereuse agitatrice, Jane Fonda n’en a pas moins d’innombrables fans. A commencer par Robert Redford.

À la Mostra de Venise 2017, il déclarait ainsi adorer Jane, avec qui il a plusieurs fois tourné: «Entre nous, pas besoin d’explications. J’aime cette entente à demi-mot. C’est quelque chose de très naturel avec elle. Et puis au-delà du travail, j’aime son attitude face à la vie.» Plus récemment, le cofondateur du Festival Lumière de Lyon et délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, saluait «sa carrière d’actrice et de productrice, mais aussi de combattante, d’activiste et de militante». Quant au comédien Lambert Wilson, il notait: «Elle est d’abord une femme, une citoyenne. Elle est dans le présent, dans l’action…», tandis que James Thierrée, petit-fils de Charlie Chaplin, avouait, lui, avoir craqué plus physiquement pour Jane après l’avoir vue en vrai:

«Quelle force… quelle sensualité vitale!»

Ce qui la fait sortir du lit

«Lutter sur le terrain, militer pour la survie de la planète et la défense des minorités, qu’elles soient sexuelles, sociales, raciales… L’engagement nous guérit de tout!»

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.