Femina Logo

Interview

Guy Parmelin: il se rêve en Néfertiti

Guy Parmelin: il se rêve en Néfertiti

«Mon épouse Caroline m'apporte un œil différent, extérieur à la politique», confie le politicien vaudois.

© JP Kalonji

FEMINA Monsieur le président, quelles sont les femmes qui ont compté dans votre vie?
Guy Parmelin Bien évidemment Caroline, mon épouse, mais aussi naturellement ma mère et ma petite sœur.

Vous avez rencontré nombre d’homologues des deux sexes à l’étranger. Est-ce que vous voyez une différence à travailler avec des collègues féminines ou des collègues masculins?
Quasiment pas. A ce niveau, les capacités professionnelles sont très élevées. Néanmoins, si je devais tout de même relever une différence, ce serait dans l’approche des dossiers et la méticulosité des femmes dans leur étude et leur préparation.

Vous venez d’un métier de la terre, vous aviez une vigne.Il y eut un temps où les femmes n’y travaillaient pas, on disait qu’elles faisaient tourner le vin. Vous pouvez témoigner de ça?
Absolument pas! Ma mère et mes deux grands-mères en sont des exemples frappants. Lors des travaux d’effeuillage de la vigne, c’étaient de véritables virtuoses de la rapidité et de la précision. A côté, nous les hommes, avec nos gros doigts, nous faisons petite figure!

Vous avez épousé une femme forte, une institutrice de profession. Quelle influence a-t-elle sur vous?
Elle me calme (ou plutôt essaie de me calmer). Elle m’apporte un œil différent, extérieur à la politique et, surtout, elle veille à ce que je puisse maintenir un bon équilibre entre la politique et les choses de la vie.

Vous avez un caractère bienveillant. Est-ce une qualité ou un défaut en politique?
C’est difficile à dire. Bienveillant ne veut pas dire gentil! Ceux qui me connaissent savent que je suis très ferme sur les positions que je défends. Débattre avec virulence sur les idées politiques fait partie du jeu, mais sans pour autant aller jusqu’à blesser ou abuser votre adversaire.

Vous avez eu des remarques sur votre style vestimentaire. Vous assumez parfois des shorts et des chemises à manches courtes sur les photos officielles. Est-ce que ces questions d’apparence comptent pour vous?
J’assume pleinement. L’essentiel est de se sentir à l’aise. Mais il y a aussi des circonstances officielles lors desquelles il faut respecter certains usages ou codes vestimentaires.

Je suis étonné que, pour certains, l’apparence soit plus importante que le contenu du message.

Si vous deviez vous réincarner en femme, laquelle choisiriez-vous?
Néfertiti! J’ai été subjugué lorsque je me suis retrouvé, il y a quelques années à Berlin, face au buste de la reine et son visage énigmatique avec ce léger sourire.

Quel message souhaitez-vous adresser aujourd’hui, en ce jour d’anniversaire, aux femmes de Suisse romande?
Le canton de Vaud, qui a fait œuvre de pionnier, a accordé le droit de vote en 1959 déjà, l’année de ma naissance. J’invite donc les femmes de Suisse romande à ne pas douter d’elles et à s’engager en politique pour peser sur les événements. «Si tu ne t’occupes pas de politique, elle s’occupera de toi!» N’oubliez jamais cette maxime.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E56: Que faut-il manger, quand on est fatigué.e?

Dans vos écouteurs

E55: Comment reprendre le sport en douceur, après l'hiver

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné