Femina Logo

famille

Grossesse et antidépresseurs: peut-être un risque d'hyperactivité chez l'enfant

Dans cette étude publiée dans Molecular Psychiatry (groupe Nature), des experts du Massachusetts General Hospital observent un risque persistant de TDAH après une exposition aux antidépresseurs, particulièrement durant le premier trimestre de la
© DR

Les troubles de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) se caractérisent par des difficultés à se concentrer et à mener à terme des tâches complexes. Ces troubles concerneraient 3% à 5% des enfants en âge scolaire en France, selon différentes études, et se caractérisent souvent par une difficulté à rester en place, à attendre son tour ou encore par un comportement impulsif.

Dans cette étude publiée dans Molecular Psychiatry (groupe Nature), des experts du Massachusetts General Hospital «observent un risque persistant de TDAH après une exposition aux antidépresseurs, particulièrement durant le premier trimestre» de la grossesse.

Cette étude statistique a été menée à partir des données de santé d'un système de soins du nord-est des Etats-Unis, sur 2243 enfants souffrant de TDAH et aussi sur 1377 enfants autistes. Le but était, à l'origine, d'établir si la prise d'antidépresseurs pendant la grossesse pouvait se traduire par un risque accru d'autisme chez l'enfant, comme certaines études avaient pu le suggérer.

Sur cette question, les chercheurs ont estimé que le lien est in fine «non significatif» une fois pris en compte un autre facteur potentiellement aggravant pour l'autisme chez l'enfant: l'état dépressif de la mère. En revanche, les chercheurs ont trouvé que l'association restait «significative» entre prise d'antidépresseurs chez la mère enceinte et le risque de troubles de l'attention avec hyperactivité pour l'enfant.

Toutefois ce risque demeure «modeste en termes absolus» et le résultat peut avoir été biaisé par des erreurs en matière de classification, reconnaissent les chercheurs qui appellent à des études complémentaires sur ce sujet.

Dans un commentaire séparé, le psychiatre britannique Guy Goodwin se montre également prudent. Il juge «limitée» la portée de l'étude et estime «possible et même probable» que l'effet observé soit lié aux risques génétiques accrus, hérités de la mère, de souffrir de troubles psychiatriques.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview de Noël avec Juliane et Ellen

Vous entendez nos voix au début de chaque épisode, lorsque nous vous racontons ces petites anecdotes (véridiques) de notre quotidien. Ainsi, au moment de boucler la première saison de Tout va bien, on s'est dit qu'il était temps qu'on se présente pour de vrai, qu'on vous parle de nos goûts, de nos personnalités et de nos expériences. Pour vous remercier d'être de plus en plus nombreux à nous écouter chaque semaine!

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina