Femina Logo

Côté travail

Les places de garde sont en hausse, les quotas en discussion. Tout plaide pour la parité dans les open space.

Egalité salariale en gestation Le niveau de formation des filles est en constante croissance en Suisse, au point d’avoir rattrapé, en un demi-siècle, celui des garçons. Elles s’illustrent désormais davantage qu’eux dans les études universitaires. Un bémol subsiste: à niveau égal de compétences, les collaboratrices sont souvent moins bien payées que leurs collègues. «C’est une situation inégalitaire qui ne pourra pourtant pas durer, avance Bénédicte Montant, députée au Grand Conseil genevois. Plusieurs signes montrent qu’on se dirige vers une parité salariale.» Les bénéfices sont nombreux: meilleure autonomie des femmes; plus large financement des systèmes sociaux. Autant dire inévitable.

Des crèches au bureau Bonne nouvelle: les entreprises ont bien compris l’intérêt d’aménager un accueil de jour pour les enfants de leurs employés. Certaines vont déjà jusqu’à intégrer une crèche dans l’architecture même de leur bâtiment, à l’instar de Generali, à Zurich. Le taux d’activité des mamans au retour du congé maternité s’y serait révélé supérieur à la moyenne. Et pour les boîtes qui n’ont pas les moyens? Les politiques publiques favorisent de plus en plus la collaboration entre les collectivités, l’Etat et le privé.

Pas de politique sans elles Utopique, une photo officielle du G8 avec pléthore de sourires féminins? Les choses pourraient changer. L’Organisation internationale du travail constate une tendance mondiale à l’augmentation des femmes dans les partis politiques et les gouvernements. Tout en notant que les Etats occidentaux ne sont pas toujours les figures de proue dans ce domaine. Dans les autres continents, Cristina Kirchner (Argentine -Amérique du Sud), ou Ellen Johnson Sirleaf (Liberia -Afrique), sont des leaders qui font rougir de jalousie leurs homologues masculins par le charisme. Et le Rwanda a atteint la parité parlementaire dès 2003.

Côté look

Des écrans tactiles à tous les étages de la garde-robe ou de la beauté. C’est bientôt l’heure de la mode hyperconnectée.

Vêtements surdoués On n’inscrira pas tout de suite la machine à coudre à la liste des espèces menacées du WWF, mais le marché des textiles intelligents, élaborés par des scientifiques et des stylistes, va renouveler la notion d’habillement. Des tissus inspirés de la peau de requin feront fuir taches et graisses. D’autres contiendront des nanoparticules d’argent empêchant les mauvaises odeurs. Ces innovations existent déjà à l’état de prototypes. Tout comme les textiles prophylactiques, soignant l’ostéoporose, l’arthrite et les maladies cardiovasculaires, filtrant les virus ou tuant les bactéries. Le fil classique, organique ou acrylique, pourrait, lui, reculer devant l’arrivée des fibres de verre, de métal, de céramique, voire de maïs. Demain, la mode ne risque pas de nous faire bâiller.

Le shop digitalement vôtre Se mettre à moitié nue dans une cabine pour voir si ce pull cachemire qui vous faisait de l’oeil depuis la vitrine épouse parfaitement vos formes? Désuet! Des initiatives pionnières laissent entrevoir à quoi ressemblera la sortie shopping du futur, parmi lesquelles la nouvelle boutiqueHeidi.com à Neuchâtel. Lamarque s’est notamment alliée à Samsung pour enfanter des bornes aux frontières de la science-fiction. Des écrans intelligents, transparents, permettent d’interagir avec les produits placés derrière. Avec cette déferlante d’électronique, l’essayage prend un coup de vieux. Prada, à New York, a installé dans ses cabines des miroirs interactifs. Plus besoin de passer un vêtement: le système permet d’enfiler virtuellement l’article. Idem avec les cosmétiques. On pourra tester les matières sur des peaux virtuelles en fonction du teint, de l’âge…Bluffant!

Des cosmétiques qui vont à l’essentiel Le futur s'annonce forcément un raz-de-marée technologique. Prenez les cosmétiques et le succès des produits bio. Météore marketing? C’est sans compter sur les géants du secteur tels L’Oréal, Clarins, qui misent sur eux. Seule contradiction dans le paysage: le débarquement imminent dans les salles de bains privées de certaines technologies réservées aux instituts de beauté. Grâce à leur miniaturisation, les épilateurs laser ou les appareils antirides à ultrasons vont se démocratiser à très court terme.

Côté corps

Grâce à la science, on soigne et on réinvente la féminité. En prime, un septième ciel plus aisément accessible.

Des seins choyés Ils permettront d’évaluer les risques de récidive du cancer et d’écarter la chimiothérapie dans près d’un tiers des cas. Qui? Quoi? Les tests génochimiques. Côté traitements, les technologies de l’avenir utilisent les ultrasons pour neutraliser les adénofibromes bénins. Toujours pour le cancer du sein, la radiothérapie à modulation d’intensité (IMRT) détermine la bonne dose d’irradiation à apporter, épargnant les tissus sains. Il y a aussi du neuf au chapitre de la chirurgie esthétique: le dispositif Brava-AFTTM remodèle la p poitrine sans bistouri: deux coques à appliquer sur les seins durant plusieurs semaines a aspirent les tissus mammaires qui, stimulés, croissent naturellement!

En quête de l'orgasme Jouissez sans entraves qu’ils disaient. Pour les hommes, qui disposent du Viagra depuis, c’est facile. Chez les femmes, cependant, le stimulateur de libido en hibernation se fait attendre. Il y avait bien eu l’Intrinsa, en 2005, un timbre diffuseur de testostérone à se coller sur l’abdomen. Trop d’effets secondaires. Raté. Il y avait bien eu la flibansérine, quelques années plus tard, augmentant le flux sanguin dans la région génitale. Les autorités sanitaires US l’ont interdit. Encore raté. Les dernières tentatives en la matière s’illustrent avec un spray nasal, le Tefina. Nul doute que la chose arrive bientôt à maturité.

Bien vieillir, une discipline à part entière La population des pays occidentaux vieillira de plus en plus longtemps. Pas étonnant que la médecine s’intéresse aux seniors, via le concept de l’anti-aging. On peut déjà imaginer des concentrés high-tech repoussant les pathologies corrélées à la vieillesse. Implants cochléaires ou oculaires, organes artificiels dont le coeur et l’utérus, membres bioniques… En parallèle, on assistera à une accentuation de la prévention par un monitoring performant de l’hygiène de vie. Une vaste étude clinique européenne nommée DO-HEALTH, à laquelle participent plusieurs équipes suisses, cherche ainsi à mesurer précisément l’influence des comportements du quotidien (alimentation, activité physique, sommeil…) sur la longévité des individus.

La contraception change peut-être de camp Après quarante ans de popularité et un récent scandale sanitaire, la pilule contraceptive ne bénéficie plus de la même cote de confiance, et les regards se tournent plus que jamais vers les contraceptifs masculins. Ce qui tombe à point, car la pilule pour hommes est en effet presque une réalité. En 2012, la revue scientifique Cell publiait les résultats de travaux prometteurs. Même l’OMS est sur le coup et peaufine ses études sur le sujet. Seules ombres au tableau, au nombre de trois: 1) ces messieurs sont parfois encore réticents; 2) la pilule réduirait leur libido; 3) elle réduirait également la taille des testicules… Le must consisterait alors dans un traitement non hormonal. Plusieurs chercheurs explorent actuellement la piste des ultrasons.

Côté maison

Le high-tech se mêle de ménage, allégeant notre quotidien. Et les murs valsent au gré de nos caprices.

L'invasion des robots Chez soi, il y aura bientôt des airs de Guerre des étoiles. Et d’esclavagisme aussi. Mais c’est pour la bonne cause: les robots seront là pour soulager les humains des tâches les plus ingrates. Passer l’aspirateur et la serpillière. Nettoyer les vitres. Plier des serviettes. Tout cela sans jamais se plaindre. Plusieurs engins concoctés par des entreprises japonaises savent déjà accomplir ces gestes. Le robot Asimo de Honda parvient, lui, à servir des verres et casser des oeufs. Un autre, imaginé en Allemagne et baptisé PR2, sait se ravitailler au frigo. De la science-fiction? Pas tant que ça. Des modèles de robots ménagers commercialisés par Samsung et LG peuplent déjà certains foyers suisses. Bien qu’ils ne s’avèrent pas encore assez perfectionnés pour instaurer l’égalité des sexes devant les tâches ménagères. En gros, c’est toujours madame qui branche la prise de l’engin puis surveille ses oeuvres…

Un pèse-personne connecté Jusqu’ici synonyme de recueillement quasi monacal dans la salle de bains, le passage sur la balance pourrait bien devenir social. La société Withings a inventé un pèse-personne 2.0, dont le talent principal est de se connecter à internet en plus de mesurer la masse de ce qui s’y pose pieds joints. Depuis une application spéciale, l’utilisatrice peut ainsi créer des courbes de poids dans le temps, bénéficier d’un coach numérique ou encore partager ses résultats sur les réseaux sociaux pour l’aider à se fixer des objectifs. L’avenir des régimes qui marchent?

Pièces à géométrie variable L'architecture domestique sera modulable ou ne sera pas. Tel un organisme vivant, la maison s’adaptera à l’évolution de la famille. Exemple: le Pop Space de Matali Crasset dont les éléments peuvent s’agencer de manière à répondre aux besoins du nourrisson, de l’enfant puis de l’adolescent. L’architecte Shigeru Ban va encore plus loin en créant un pavillon sans cloisons. Les pièces à vivre sont des modules sur roulettes permettant de réinventer l’espace intérieur à l’infini!

Votre cuisine a un cerveau Fini le contact froid, impersonnel avec la table de travail. La cuisine de demain fera dans le genre tableau de bord de soucoupe volante. Pour s’en convaincre, il faut se pencher sur le prototype S1-Grid de Siematic. Tous les éléments traditionnels sont là, accompagnés d’un écran interactif. Pendant que la quiche lorraine brunit derrière la vitre, il est possible de surfer sur internet, d’écoute sa musique en connectant son iPod ou d’enfourner un bon DVD. Moins typée geek, la cuisine du futur d’Ikea privilégie l’automatisation des tâches. Ici, le thermostat obéit à la voix et les surfaces sont autonettoyantes. Le réfrigérateur Smartfridge d’Ashley Legg est, pour sa part, capable de proposer des recettes en fonction des denrées qu’il recèle.

1 / 8

Des crèches au bureau.

© Getty Images/Vetta
2 / 8

Pas de politique sans elles.

© AFP Photo/Alejandro Pagni
3 / 8

Des cosmétiques qui vont à l’essentiel.

© istockphoto.com
4 / 8

En quête de l'orgasme.

© istockphoto.com
5 / 8

Des seins choyés.

© Getty Images
6 / 8

Un pèse-personne connecté.

© DR
7 / 8

Le contenu de votre réfrigérateur transformé en idées de recettes par la marque Ashley Legg.

© DR
8 / 8

Le tableau de bord «nouvelle cuisine» du prototype de Siematic.

© DR

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.