Femina Logo

Patricia Margueron vogue sans galère

Ce qu’elle fait Elle est l’une de ces «vigies» qui viennent secourir les bateaux en panne ou accidentés, les planches à voile à la dérive, et participer à la recherche de personnes disparues. Sur les lacs suisses, les sociétés de sauvetage sont légion. On côtoie leurs membres lors de leur fête traditionnelle. Parfois on surprend les plus sportifs en train de ramer à l’unisson… Patricia Margueron appartient à la Société de sauvetage de Morges depuis vingt ans. Sur les deux embarcations en service, elle s’active durant ses jours de congé. Autant dire que, de Pâques à octobre en particulier, les occasions de sortir sont fréquentes. Même si le remorquage d’un bateau est moins spectaculaire, mais bien plus habituel, que le sauvetage d’une personne en difficulté, Patricia reste toujours aussi passionnée par cet engagement. «Etre sur le lac et aider les gens», voilà ce qui la fait vibrer.

Qui elle est Elle a grandi à Tolochenaz. Et a toujours considéré le Léman comme son terrain de jeu favori. Même si aujourd’hui, horticultrice à Marcellin, elle a plus souvent les mains dans la terre que dans l’eau, c’est sur le lac qu’elle vit ses plus fortes émotions. Une passion que cette sportive de 44 ans a transmise à sa fille Floriane, 17 ans, qui s’investit elle aussi dans le milieu du sauvetage. De quoi atténuer la réputation un brin macho de ces sociétés.

Karine Arm fonce pour ranimer

Ce qu’elle fait Les feux bleus tournoyants, la sirène tonitruante… au volant de son véhicule jaune barré du numéro d’urgence 144, Karine Arm fonce. A la division du groupe sanitaire de la ville de Lausanne, qui fête cette année ses 50 ans, elle est ambulancière ES (pour école supérieure). Si une partie de son job consiste à se faufiler à travers la circulation, la jeune femme maîtrise aussi à la perfection les premiers gestes médicaux: évaluer la situation, pratiquer la réanimation cardiopulmonaire, libérer les voies respiratoires, poser une perfusion, administrer des médicaments, comme l’adrénaline ou la morphine. Au-delà des gestes techniques, elle parle et rassure. Les situations les plus courantes? «La semaine, les chutes de personnes âgées, les malaises cardiaques… Le week-end, de plus en plus, des jeunes alcoolisés.»

Qui elle est Parce qu’elle aime les gens, la souriante Karine, 29 ans et fraîchement mariée, voulait être médecin urgentiste. Après sa matu, c’est vers l’école d’ambulancier de Genève que la pousse son envie d’action. Trois ans d’études pour un métier où la sportive de Blonay (VD) met à l’épreuve, de jour comme de nuit, sa force de caractère, sa résistance au stress, sa patience et son empathie.

Anne-Lise Stuby vole au secours

Ce qu’elle fait De ce qu’elle en dit, c’est «le plus beau métier du monde»: infirmière en soins intensifs à la Rega, tout simplement… Depuis vingt-huit ans, elle part aux quatre coins du globe, dans l’un des trois avions-ambulance de la célèbre organisation suisse de secours, rapatrier ceux dont la santé vacille. Aux côtés de l’équipage et du médecin, en tant qu’infirmière cheffe adjointe, Anne-Lise prépare le voyage, prévoit la nourriture selon les heures de vol, gère le matériel. Sur place,et durant le vol de retour, son job de soignante prend le dessus. Les interventions varient. Il y a des événements exceptionnels, comme le tsunami de 2004 en Thaïlande, pour lequel elle a participé, à Bangkok, à la recherche des personnes disparues dans les hôpitaux. Ou la «banalité» tragique de certains accidents, par exemple des touristes qui ont juste «oublié» de conduire à gauche dans un pays où c’est la règle…

Qui elle est La Veveysanne d’origine s’est installée à Rümlang, tout près de l’aéroport de Zurich où elle est basée. Célibataire, sans enfants, Anne-Lise, 57 ans, exerce aujourd’hui un job qui concilie les deux métiers dont, fillette, elle rêvait: infirmière et hôtesse de l’air. Passionnée, flexible, débrouillarde et polyglotte (elle parle le français, l’allemand, l’anglais et baragouine l’italien et l’espagnol), elle s’évade encore à la montagne et dans les… voyages qu’elle adore organiser pour elle et ses proches.

Lucile Prache
1 / 2© DR
Lucile Prache
2 / 2© DR

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina