Femina Logo

news people

#FeminaOpinion: Merci, Meghan!

Meghan markle harry archie harrison

Ses rondeurs post-partum? Meghan ne cherche absolument pas à les dissimuler. Mieux: elle les met en valeur.

© Getty

Elle a choisi une robe blanche, cintrée. Elle ne cache pas son ventre, ne remballe pas ses formes aussitôt le bébé expulsé. Elle est souriante, bien dans ses stilettos, captivée par le petit Archie. Meghan Markle, maman depuis 2 jours, semble sur un nuage. Le bébé n’est pas dans ses bras, mais dans ceux de son père, le prince Harry. Et cela change tout.

Brushing et smoky eye

Alors certes, maquilleurs et coiffeurs ont «fait leur job»: le brushing de la duchesse de Sussex est impeccable, tout comme son smoky marron. Elle ose la robe-blazer immaculée à double boutonnage signée Grace Wales Bonner, une styliste britannique. Alors qu’à J + 2, la grande majorité des jeunes mamans ne jurent que par le jogging en pilou, voire le leggings si vraiment il y a besoin. Mais en même temps, comment lui en vouloir? Des milliers de projecteurs, caméramans et photographes étaient présents pour immortaliser l’instant. Avouez, on aurait probablement fait pareil si l’on savait que les images allaient être érigées au rang d’icônes.

«It's a boy!» Meghan Markle vient de donner naissance à son premier enfant

Et avec sa robe, elle s’affirme. Elle montre ses bras, ses jambes. Et son ventre, surtout. Pas question pour Meghan d’opter pour un vêtement ample qui dissimule. Elle ceinture même la tunique pour souligner encore davantage le fait que non, tout ne s’est pas évaporé comme par magie. Duchesse ou pas, elle reste une femme qui vient d’accoucher, avec les rondeurs post-partum qui vont avec.

La parentalité, une histoire qui se vit à deux

Les photos officielles de la présentation d’Archie Harrison sont également révolutionnaires de par leur composition. Car ce n’est pas Meghan qui porte le bébé, mais son époux, Harry. Sourire XXL, yeux débordants d’émotion, le jeune papa tient fièrement son enfant. Car la parentalité ne concerne pas uniquement la mère, elle est l’affaire des deux parents. De par ce geste, Harry démontre qu’il est impliqué à 100%. Et les premiers mots qu’il a publiquement adressés après la naissance, via la chaîne Sky News, le prouvaient déjà:

Cela a été l’expérience la plus incroyable que je puisse imaginer. Comment les femmes peuvent-elles faire ce qu’elles font? […] Je suis incroyablement fier de ma femme.

Jugée féministe par de nombreux internautes, la démarche de Meghan et Harry porte un voile sur les naissances des trois enfants de Kate et William. Car il n’a pas fallu plus de deux clics pour déclencher une vague de commentaires haineux sur les apparitions post-partum de Kate, jugées «fausses», «culpabilisantes» ou «paternalistes» au regard de celle effectuée par sa belle-sœur. L’actrice Keira Knightley avait par ailleurs porté un coup de gueule virulant contre les sorties de maternité de la duchesse de Cambridge. Ce «Mom Shame» n’a pas lieu d’être, comme l’explique Fiona Schmidt sur Facebook et Instagram:

Aux médias et aux quidams qui ont immédiatement comparé Meghan Markle et Kate Middleton en lapidant la deuxième avec les louanges sur la première, j’adresse solennellement deux majeurs bien tendus. En faisant et défaisant les normes quasi quotidiennement, c’est vous qui faites de la grossesse, de l’accouchement et de la maternité en général une compétition anxiogène et toxique pour toutes les femmes, qu’elles soient mères ou pas.

En Manolo Blahnik ou en sneakers, en tailleur et décolleté ou en chemise de nuit trouée: laissez-nous vivre ces instants si précieux comme bon nous semble. La seule chose que l’on demande? Pouvoir, nous aussi, faire équipe avec un Harry pour élever ce petit être de 3,260 kilos. Une équipe totalement égalitaire, qui partage la charge mentale, les soucis, les corvées et les sourires.

Pour réconforter les travailleuses du sexe, Meghan Markle rédige des mots doux sur des bananes

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.