Femina Logo

Vous êtes sur Facebook? Ces derniers jours, vous avez sûrement vu clignoter sur votre profil une notification officielle vous invitant à lire la nouvelle version des conditions générales d’utilisations (CGU) du réseau social. Un texte légèrement modifié qui, comme d’habitude, aime entretenir un certain flou artistique sur l’utilisation des données personnelles. Bon point, cependant, pour cette nouvelle mouture: les juristes de l’entreprises écrivent enfin noir sur blanc (ou plutôt se sont sentis un peu obligés d’avouer) qu’informations et contenus ornant les profils sont bien monnayés à des tiers.

Une semi transparence qui n’a pas tardé à faire paniquer les internautes. Nombre d’entre eux ont alors posté sur leur journal un statut en forme d’avertissement, dont voici quelques morceaux choisis:

«En réponse aux nouvelles lignes directrices de Facebook (…), je déclare que mes droits sont attachés à toutes mes données personnelles, dessins, peintures, photos, textes, musiques, etc... publiés sur mon profil. Pour une utilisation commerciale de ce qui précède, mon consentement écrit est nécessaire en tout temps. Ceux qui lisent ce texte peuvent faire un copier/coller sur leur mur Facebook. Cela leur permettra de se placer sous la protection du droit d'auteur. Par ce communiqué, je dis à Facebook qu'il est strictement interdit de divulguer, copier, distribuer, diffuser, ou de prendre toute autre action contre moi sur la base de ce profil et/ou de son contenu. Les actions mentionnées ci-dessus s'appliquent également aux employés, étudiants, agents et/ou tout autre personnel sous la direction de Facebook. Le contenu de mon profil comporte des informations privées. (…) Si vous n'avez pas publié cette déclaration au moins une fois, vous allez tacitement permettre l'utilisation d'éléments tels que vos photos ainsi que les informations contenues dans la mise à jour de profil.»

Facebook a une licence pour faire commerce de vos données

En clair, les fidèles de la plateforme californienne pensent ainsi se prémunir contre le pillage en règle de leurs données personnelles. Pensent, seulement. Car dans les faits, cette missive aux accents mi-guerriers mi-juridiques n’est d’aucune utilité. Comme on peut le lire dans la longue liste des CGU, le simple fait d’avoir un compte Facebook équivaut à une acceptation tacite de toute la charte… Ceci dit, cette levée de boucliers et de codes civils est-elle légitime? Une vraie réponse de Normand: oui et non.

Oui, car il semble normal d’être un minimum offusqué par le fait que des inconnus retranchés dans la Silicon Valley récupèrent dates de naissance, photos de famille et autres chroniques de son quotidien pour les redistribuer à des entreprises obscures. Non, parce que cette nouvelle version des CGU n’inaugure rien de neuf: les utilisateurs demeurent propriétaires de leurs données, tout en accordant une licence gratuite à Facebook pour que celui-ci s’en serve sans retenue. Pas plus scandaleux qu’avant, dirons-nous…

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.