Femina Logo

news société

Dilemme estival: de l’audace dans le choix des glaces! (enfin... faut voir)

Sonia header web edito ROSE 2

Surtout parce que, sans se précipiter sur les cafés caramelito ou les glaces coquelicot de Nemours, je pourrais, une fois de temps en temps, essayer cassis, citron ou mangue plutôt que de m’en tenir au sempiternel café-chocolat.

© Ludovic Andral

C’est mon choix de capsules de café qui m’a brutalement mise face à l’évidence: je suis sur la mauvaise pente. Celle où on se complaît dans ses petites habitudes. Chaque année on retourne au même endroit en vacances parce qu’on sait où l’eau est claire, la paella goûtue et les glaces sucrées mais pas trop. D’ailleurs on est vite tenté de reprendre, tant qu’à faire, les mêmes deux parfums que la dernière fois.

C’est donc en me retrouvant avec, dans mon petit sac à commis, 12  fois le même emballage violet de 10 capsules, alors que le mur du rayon devant moi proposait au moins 15 autres options, que je me suis vivement admonestée:

«Mais où sont donc passés ton goût de l’aventure, des nouvelles contrées à défricher et ton envie irrépressible de tenter, juste pour voir, le Bukeela ou l’Ispirazione Shakerato?»

Bon, me suis-je rassurée in petto, plutôt qu’une première manifestation de sénilité, c’est peut-être simplement le fruit de la sagesse. Je sais – du haut de mon expérience – que prendre des capsules Ciocattino, ça n’est pas une bonne idée.

Un thermoplongeur en cuisine? L’appel du plastique oui!

De l’art de revenir au sempiternel café-chocolat

De même, je n’ai plus besoin de tester la glace au Schtroumpf et me colorer la langue en bleu pour savoir que ça a un arôme de produit chimique. Cette justification par le discernement de la maturité, c’est pure mauvaise foi, avouons-le.

Surtout parce que, sans se précipiter sur les cafés caramelito ou les glaces coquelicot de Nemours, je pourrais, une fois de temps en temps, essayer cassis, citron ou mangue plutôt que de m’en tenir au sempiternel café-chocolat.

N’empêche, c’est une vraie question, cet équilibre entre le confort de l’habitude et le plaisir de la découverte. Parce que des glaces, on n’en mange pas non plus cinq par jour. On veut donc qu’elle soit bonne, qu’elle ait en même temps le goût de l’enfance et celui d’une bonne surprise. Pareil avec le café. Mais, soudain, il n’y a plus cet effet waouh.

Alors on change – souvent pour une mauvaise surprise. Et puis, on finit tétanisé dans sa routine par peur d’être déçu. Je me console en me disant que question audace face au changement, aux nouveaux aliments et aux goûts qui me sont étrangers, ça me ramène à l’ouverture d’esprit des bambins de 2-3 ans environ. En clair, plus ça va, plus je rajeunis.

Barbecues, glaces, apéros: comment savourer les plaisirs de l'été en minimisant les dégâts?

Podcasts

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Dans vos écouteurs

E14: Comment chasser la déprime saisonnière

Quand le soleil décide de se coucher à l'heure du goûter, il est parfois difficile de ne pas se sentir épuisé, démoralisé, démotivé... Afin de nous aider à lutter contre les effets du manque de lumière, une psychologue et coach détaille une véritable stratégie anti-blues, en s'inspirant des pays scandinaves. Comme un petit shot de vitamine D.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.