Femina Logo

Le site PasseportSanté interroge le docteur Isabelle Catoni, spécialisée en dermatologie esthétique depuis 20 ans, pour faire le point sur le sujet, à l'heure où l'été donne des envies de tatouages...

Combien de séances nécessite un détatouage au laser Q-Switched, qui est la technologie la plus utilisée aujourd'hui? Y a-t'il des risques d'échec notamment en fonction de certaines couleurs?
Le nombre exact de séances est impossible à prédire à l'avance. En revanche, on pourra donner une approximation selon l'aspect du tatouage, sa couleur, son épaisseur, sa brillance... L'ancienneté ou les dimensions n'ont pas de valeur prédictive. Ainsi, un tatouage amateur, comme les fameux «5 points» sur la main, peut nécessiter dix séances si les points sont profondément incrustés dans la peau, contrairement à un paysage fin et clair de tout un dos qui peut s'effacer complètement en deux séances s'il est superficiel.
En ce qui concerne les couleurs, elles conditionnent l'efficacité du laser. Il y a des tatouages qui ne s'effaceront jamais avec nos Q-Switched actuels car leur couleur n'a pas de longueur d'onde correspondante. C'est le cas par exemple du jaune ou du blanc, voire du bleu turquoise. Pour d'autres couleurs, cela dépend du modèle de laser Q-Switched. Contrairement aux idées reçues, le rouge est effacé très facilement par l'un des trois modèles existant.

Est-ce plus douloureux que le tatouage lui-même? Y a-t'il des contraintes associées à cette opération (traitement, impératifs, ...)?
Les lasers de cette famille Q-Switched ont la particularité de délivrer des faisceaux de photons d'une puissance impressionnante en des temps très brefs (de l'ordre de la nanoseconde), ce qui explique que la réaction «laser-cible» soit une véritable explosion des pigments et que la peau ne subisse aucun dommage cicatriciel. Les cicatrices sont donc exceptionnelles et la plupart du temps, elles sont dues à de mauvais paramétrages de la part de l'opérateur.
Le résultat de la séance est apprécié au moins un mois plus tard et la séance suivante est possible deux mois après. Des séances rapprochées laissant moins de deux mois d'intervalle entre elles pourraient être à l'origine de cicatrices. Les expositions solaires sont possibles un mois après la séance. Les «recouvrements» ou retatouages sur une surface déjà tatouée sont possibles et fréquents si les séances de détatouage ont été efficaces avec un effacement suffisant.

Combien coûte un détatouage?
Le prix de chaque séance dépendra de la surface à traiter puisque, comme pour la plupart des technologies laser et apparentées, chaque spot a un coût (consommables, temps passé...) Selon les opérateurs, il varie de 80 euros le petit tatouage à 300 euros et plus (la séance) pour une grande surface.
Lors de chaque séance de laser (qui est plus douloureuse que la séance de tatouage, NDLR), on aura préalablement anesthésié le tatouage par l'application d'une crème au moins une heure avant. La durée de la séance, qui dépend de la surface, est en général rapide (quelques minutes pour un tatouage de 10 cm2). Généralement, on observe un œdème (gonflement) de quelques minutes et éventuellement un petit saignement à la fin de la séance. Les couleurs semblent alors être effacées mais ce n'est que transitoire : elles réapparaissent un quart d'heure plus tard.

Que pensez-vous du tatouage semi-permanent censé disparaître au bout de quelques années ? Ne constitue-t-il pas une solution séduisante?
Les tatouages semi-permanents n'ont que leur nom de rassurant et peuvent être définitifs si leurs couleurs n'ont pas de laser avec une longueur d'onde correspondante ! De plus, les tatouages au henné devraient être interdits car à l'origine de réactions allergiques parfois gravissimes.

www.passeportsante.net/

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.