Femina Logo

Les fast-foods, la télé et les sodas ne sont pas les seuls facteurs à accuser lorsqu'on parle d'obésité infantile, notent les spécialistes. Le manque de sommeil est aussi à prendre en compte, comme le montrent les résultats de cette étude.

Des chercheurs de l’université de Temple à Philadelphie ont fait appel à 37 enfants âgés de huit à onze ans, dont plus du quart était en surpoids ou obèses. Pendant la première semaine d'étude, les enfants ont dormi comme à leur habitude. Lors de la deuxième semaine, on allongea ou écourta au hasard les durées de sommeil de certains, et pendant la troisième semaine on inversa ces durées.

Les résultats ont montré que lorsque les petits dormaient plus longtemps, ils mangeaient environ 134 calories par jour en moins et perdaient en moyenne 250g en trois semaines.

«Les conclusions de cette étude montrent que le fait d'améliorer le sommeil nocturne des enfants pourrait avoir d'importantes effets sur la prévention et le traitement de l'obésité», a noté la directrice de l'étude Chantelle Hart, de la Temple University de Philadelphie. Et de conclure, «le rôle potentiel du sommeil devrait être examiné plus en profondeur.» Leurs résultats sont parus dans la version numérique de la revue Pediatrics, le 4 novembre 2013.

Une autre étude, menée sur des adultes, a montré il y a quelques mois que le manque de sommeil pouvait causer des changements de l'activité cérébrale et entraîner des envies d'aliments plus gras et sucrés. Ces recherches ont été publiées dans la revue Nature Communications.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina