Femina Logo

Avec l’arrivée précoce du printemps, les apiculteurs professionnels et amateurs surveillent le réveil de leurs petites protégées avec une même crainte: découvrir l’intérieur de leurs ruches vides. Car l’hécatombe qui frappe cette espèce est loin de s’enrayer, sans que l’on ait encore trouvé l’explication. Le film de Markus Imhof, More than honey, Des abeilles et des hommes en francais, et de nombreux articles dans les médias, ont aidé le monde à prendre conscience du problème mais pourraient aussi donner l’illusion qu’il est sous contrôle.

En Suisse, 10 à 20% des abeilles meurent chaque année depuis plus de 10 ans. En 2012, ce sont ainsi 100'000 colonies qui ont disparu. Sans explication, à peine quelques pistes. Le varroa destructor, un parasite, fait des ravages mais il existe des traitements. Les pesticides sont aussi montrés du doigt, ce qui a poussé la Commission européenne à en interdire 3 depuis décembre dernier et pour une durée test de 2 ans, mais il faudrait sans doute des mesures plus radicales.

D’autres initiatives se mettent timidement en place. Migros s’est engagé à supprimer ou reformuler ses produits insecticides ou phytosanitaires pour qu’ils épargnent les abeilles. Du côté des producteurs de fruits et de légumes français, un label Bee Friendly entrera en vigueur fin 2014 pour garantir une production qui ne nuit pas au cycle des abeilles. Car un tiers de ce que nous mangeons dépend du travail de pollinisation des ouvrières, ce qui a fait dire à Einstein que l’espèce humaine ne survivrait pas plus de quatre ans à la disparition des abeilles.

Un hobby anti-stress

L’espoir viendra peut-être des amateurs. De plus en plus de particuliers se mettent à l’apiculture, avec quelques ruches dans un coin de verdure pas trop loin de chez eux. Pas forcément par acte citoyen, souvent par fascination de l’organisation parfaite de ces sociétés laborieuses. Malgré les apparences, le travail d’entretien n’est pas si contraignant et aurait un effet zénifiant indiscutable. L’aspect gourmand est au moins aussi important que l’aspect relaxant: une ruche produit jusqu'à 40 kilos de miel par année, de quoi régaler ses amis et couvrir les frais.

Depuis quelques années, des projets pilotes installent des ruches en milieu urbain, sur les toits, dans les parcs ou les cimetière, à l’aéroport de Genève. C'est là tout le paradoxe, les abeilles se portent à merveille en ville: eh oui, il n’y a pas de pesticides liées à l'exploitation agricole, les parcs offrent une flore variée et entretenue de manière écologique…

Pour plus d’infos, visitez le site de la société romande d’apiculture, www.abeilles.ch

Edit: Le film More than honey sera diffusé sur RTS 1 vendredi 21 mars à 21 h 20.

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.