Femina Logo

news société

C'est décidé: je «ghoste» la soirée du Nouvel-An!

Sonia header web edito fluo rose 0 0 0

«Ce n’est pas parce que c’est Nouvel-An qu’on va automatiquement passer la meilleure soirée de l’année. Toutefois, on se rend bien compte qu’il faudrait, alors on se met la pression et, forcément, assez systématiquement, on échoue.»

© Ludovic Andral

Les meilleures fêtes tombent rarement un 31 décembre. C’est que l’injonction à la bonne humeur, c’est toujours délicat. Ça me rappelle ce prof de théâtre qui nous disait: «Et surtout, soyez spontanés!» Mais mon bon Monsieur, justement, ça ne se commande pas.

Du coup, ce n’est pas parce que c’est Nouvel-An qu’on va automatiquement passer la meilleure soirée de l’année. Toutefois, on se rend bien compte qu’il faudrait, alors on se met la pression et, forcément, assez systématiquement, on échoue. L’ambiance est molle, la sauce ne prend pas et tout le monde se dit qu’il aurait mieux fait d’aller à l’autre soirée.

Sans la jouer New York Times, qui suggère un voyage dans l’Antarctique à ceux qui ne savent pas comment passer le cap (ça fait un peu loin et cher la suggestion, quand même), on voit de plus en plus de gens, même chez les plus jeunes, renoncer à sortir et à danser pour privilégier des approches plus calmes… et plus banales, donc moins susceptibles d’être affublées du fatal et laconique jugement: «C’était complètement raté.»

Au lit à 21h

Des jeux de société, des escape rooms, des soirées Netflix où on regarde entre amis cinq saisons d’une série en une nuit, des challenges spaghetti, voire une passion partagée en couple ou en groupe, par exemple l’ascension d’un petit sommet dans la neige à la frontale avec fondue dans la nature à l’arrivée (j’ai un ami qui fait ça…), autant d’options plus modestes mais peut-être plus gratifiantes. Diminuer les attentes, ça reste un bon moyen d’augmenter la satisfaction.

Ma préférée, c’est ghoster l’événement: on dit aux gens qui nous invitent qu’on est déjà pris, on se cloître chez soi, on éteint les lumières, le téléphone, le wi-fi – genre il n’y a personne à la maison – et on lit un bon livre gardé sous le coude exprès pour l’événement, vautré sur le canapé avec des chips sel & vinaigre ou carrément déjà au lit à 21 heures dans le pyjama qu’on a reçu à Noël. Oups, je viens de comprendre pourquoi on offre des pyjamas à Noël.

La rédaction de Femina vous souhaite un réveillon tel que vous le rêvez, et une très bonne année 2019!

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina