Femina Logo

On pourrait y plonger. Sous les fenêtres de cet appartement veveysan, le Léman s’étale, tranquille, jusqu’aux portes du Valais et de ses sommets. Dans ce vaste et lumineux foyer où seuls quelques dessins multicolores et quelques blousons de taille mini accrochés à l’entrée trahissent la présence d’enfants, Carole Dechantre est à son aise. Tout autant que sur ces monts enneigés qu’elle ne se contente plus de contempler version grand angle de son canapé. Car depuis dix ans, la belle actrice, habituée des sitcoms d’AB Productions, la «boîte de prod’» française rendue célèbre par des séries comme Premiers baisers et Hélène et les garçons, a une autre corde à son arc. Tout en continuant à incarner Ingrid, la sculpturale peste de la sitcom Les mystères de l’amour, diffusée chaque dimanche soir sur TMC, la bientôt quarantenaire joue les alpinistes amateurs sur les plus beaux sommets européens dans Montagnes de rêve, documentaires régulièrement diffusés sur la chaîne Escales.

Une «méchante» qui assume

Femme fatale, baroudeuse… cette maman de deux enfants est un peu chacune au quotidien. Si le jean et la doudoune bleu électrique qu’elle arbore le jour de notre rencontre lui donnent un look plutôt décontracté, sa silhouette parfaite, ses grands yeux vert clair, son visage fin et cette cascade de magnifiques cheveux châtains à faire pâlir les plus célèbres ambassadrices de beauté, conviennent au genre de rôles qui lui collent à la peau depuis maintenant dix-huit ans. «Dans toutes les séries d’AB dans lesquelles j’ai tourné, Jean-Luc Azoulay, le producteur mais aussi scénariste m’a écrit des rôles de méchante. C’est, je pense, mon physique un peu froid qui lui inspire ça. Mais là, il y est allé très fort. Elle est manipulatrice, dominatrice, psychopathe. Dans la vraie vie, une telle fille, ça n’existe pas!» confie-t-elle avec humour.

De l’humour, Carole Dechantre n’en manque pas. Du recul non plus, pour «assumer» le fait d’être estampillée actrice AB Productions: «Quand j’ai commencé, en 1994, à jouer dans une sitcom ou une pub, ça n’était pas bien vu du tout. J’y suis allée d’abord pour financer mes études de théâtre à Paris. Depuis, c’est devenu une vraie famille, une vraie bande de copains. Ça ne m’a jamais empêché de faire d’autres choses.»

La passion du jeu

Quelques semaines par an donc, Carole Dechantre quitte son appartement veveysan, son mari Sébastien et ses deux enfants Thaïs, 10 ans et Nils, 3 ans, pour rejoindre les plateaux. Au programme, tournage, sorties et rigolades avec ses amis. Cette passion pour le jeu et le métier d’artiste, la Genevoise l’a depuis toujours: «A 6 ans, j’ai intégré le chœur d’enfants des Pueri de Genève qui se produisait souvent dans les programmations du Grand Théâtre. J’ai tout de suite adoré l’émotion que cela suscite de se produire devant un public.»

Les études? Très peu pour elle…l’appel des planches est plus fort que tout. Sa matu en poche, condition parentale sine qua non avant toute tentative de poursuite de carrière artistique, elle a 20 ans quand elle quitte la ville du bout du lac et sa famille pour Paris et le cours Florent. C’est pour financer son école qu’elle passe le casting chez AB. Pour y faire de la figuration d’abord, puis pour de vrais rôles: «Ces séries, je n’en suis pas spécialement fière. On sait tous qu’on ne fait pas de la grande qualité. Aujourd’hui, je n’ai pas les mêmes aspirations qu’à 20 ans, mais je fais mon métier d’actrice et je m’amuse tellement», avoue-t-elle.

C’est en famille que celle qui ne conçoit pas d’être éloignée très longtemps de la nature vit ses rêves, personnels et professionnels. Son mari, le réalisateur, photographe et guide de montagne Sébastien Devient, elle le rencontre en 1994, alors qu’elle tourne le pilote d’une série pour la TSR. Elle a 21 ans, lui 22 et c’est le coup de foudre entre la comédienne et l’amoureux des grands espaces. De lui, elle parle comme d’un cadeau: «Ça fait dix-huit ans que nous sommes ensemble, c’est exceptionnel de trouver si vite une personne que l’on va sans doute aimer toute sa vie.»

Mariée, maman, Carole Dechantre fait figure d’exception dans un univers professionnel où les relations amoureuses finissent mal en général: «Etre avec lui m’a empêché de faire n’importe quoi, de vivre futilement.» Cartésienne, Carole confie avec étonnement la relation qui l’unit à son compagnon: «On est comme connectés. L’année dernière, alors qu’il tournait un documentaire dans l’Himalaya avec Jean Troillet, celui-ci a fait un AVC et mis deux jours à regagner le camp de base. Pendant toutes ces heures, alors que je n’en savais rien, j’ai perçu l’angoisse de Sébastien, sa tension. Quand il a pu me joindre pour me prévenir, je lui ai dit que je savais.»

Avec lui, elle fonde Vertiges Prod et tourne les documentaires Montagnes de rêve, où, accompagnée d’un guide, elle gravit les plus beaux sommets européens: «Je ne suis pas une montagnarde aguerrie. L’idée est de montrer que, si faire ces courses est un exploit personnel, ça n’est pas un exploit en soi.» Un rôle qui la rend fière: «Beaucoup de gens qui me connaissent pour cette émission n’ont jamais vu une série AB. Et c’est très bien.» Loin des studios, les montagnes et les contrées lointaines sont désormais les décors naturels des aventures de cette férue de lecture et de voyages, qui a toujours une envie d’ailleurs. Une envie qu’elle fait partager à ses enfants. Et bientôt aux téléspectateurs: «L’an dernier, nous sommes partis en famille au Népal pour tourner le pilote d’une série de documentaires destinés, pour l’instant, au marché canadien. L’idée de cette émission, qui s’appelle Family Adventure, est de faire part de notre découverte d’un pays étranger, de prouver que lorsqu’on a des enfants, même petits, on peut continuer à voyager!» Une vie bien éloignée de celle de la méchante Ingrid!

Le lieu

Des fenêtres du salon de son appartement situé sur un quai veveysan, on tombe littéralement dans le lac qui est omniprésent et fait partie du décor. Carole Dechantre adore cette pièce. Pas de rideaux aux fenêtres donc, pour pouvoir contempler le Léman, toujours différent.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina