Femina Logo

En collaboration avec

Un expert en planification financière expérimenté qui travaille dans une grande banque nous a fait part de ce qu'il a constaté: «De par mon expérience, je sais que de nombreuses personnes croient, à 55 ans, que le sujet ne presse pas. Nous estimons cependant qu'il est tout à fait pertinent de se faire conseiller une dizaine d'années avant l'âge du départ à la retraite.»

Quand on commence à réfléchir à 60 ou 62 ans, on ne dispose que d'une marge de manoeuvre réduite pour changer de cap et pour combler les lacunes financières en économisant plus.

Recettes et dépenses

Le secret d'une planification habile, c'est de commencer par établir un budget. Pour y parvenir, il faut d'abord dresser la liste de toutes les dépenses du ménage au cours de l'année, ce qui n'est pas toujours facile en pratique. Les propriétaires de logements devront, avant toute chose, intégrer dans cette liste tous les coûts d'entretien et les frais accessoires, les intérêts et, selon le cas, les amortissements des hypothèques encore en cours.

On placera ensuite en regard les recettes, c'est-à-dire les futurs revenus provenant des rentes qui seront versées. La règle est ici la suivante: après le départ à la retraite, toutes les dépenses courantes devront être financées par les rentes de l'AVS et de la caisse de pension, par les économies personnelles réalisées dans le cadre des piliers 3a et 3b ainsi que par la fortune personnelle. A la retraite, les revenus sont souvent inférieurs de 25 ou 30 pour cent à ceux perçus durant la phase d'exercice de l'activité professionnelle.

Les principaux documents pour effectuer cette analyse sont la liste des éléments de fortune et surtout le certificat d'assurance délivré par la caisse de pension ainsi que des informations concernant la rente AVS. Dans la perspective de la retraite, il vaut la peine de faire calculer la rente future. L'AVS fournit cette indication gratuitement en règle générale.

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.