Femina Logo

news people

Brésil: la grossesse d'une femme à 61 ans soulève une polémique

"J'étais déjà ménopausée (...) . Mon mari (de 38 ans) voulait être père. Je voulais aussi être mère. Je suis en très bonne santé (...) et j'ai été soumise à des examens médicaux très poussés", a déclaré au quotidien O Globo de dimanche cette Carioca (habitante de Rio) dont l'identité n'a pas été révélée. Elle a souligné ne pas avoir l'intention de dire à sa future fille qu'elle était née grâce à un don d'ovule.

Au Brésil, ce cas de grossesse tardive n'est pas le premier. Le plus récent date du 9 septembre quand une femme de 52 ans, mariée depuis 23 ans à un homme de 88 ans - déjà arrière grand-père - a été mère pour la première fois de jumeaux.

Des spécialistes du Conseil fédéral de médecine ont dit au journal être "inquiets" de ces grossesses tardives, mais la dernière résolution du Conseil n'a pas fixé de limite d'âge à l'insémination ou fécondation de femmes "à partir du moment où il n'y a pas de risques graves pour la mère ou le bébé". D'après Adelino Amaral, président de l'Association brésilienne de reproduction assistée, le Conseil fédéral avait pensé limiter l'âge à 50 ans, mais la décision n'a pas été unanime.

"On conseille de respecter la physiologie de l'organisme féminin. En moyenne une femme est ménopausée à 53 ou 54 ans et cesse d'ovuler. Faire une insémination ou fécondation à cet âge n'est pas raisonnable", a-t-il estimé. Il y des risques d'hypertension grave et de diabète pour la femme et celui d'un accouchement prématuré, selon lui.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina