Femina Logo

Le prénom

Les Britanniques trépignent d’impatience en attendant la naissance du bébé de Kate et William. Et cela fait monter les enchères des bookmakers: les gens parient essentiellement sur le sexe et le prénom de l’héritier. Si c’est une fille, Alexandra et Diana se détachent haut la main.

Alexandra est le second prénom de la Reine Elisabeth, ce serait donc un signe d’hommage et de respect envers la reine mère. Point négatif: il existe déjà une princesse Alexandra, une cousine de la reine, âgée de 76 ans. Diana rappelle bien évidemment la défunte mère de William et Harry. Les Anglais, littéralement fascinés par le mythe de la princesse de Galles, seraient probablement ravis. Charlotte, le deuxième prénom de Pippa, clôt le podium des prénoms féminins.

Chez les garçons, George arrive en tête. Pourquoi ce choix? La pièce de monnaie qui sortira à la naissance du «royal baby» sera frappée à l’effigie de Saint George. Enfin, ce prénom était également celui que portait le père de la Reine Elisabeth II, George VI.

Le sexe

Fille ou garçon? Les parieurs tentent de percevoir des signes dans les agissements de la famille royale. Pour sa première robe de grossesse, Kate Middleton avait choisi la couleur bleue. Toutefois, quelques jours plus tard, elle ne lâchait plus son manteau rose pâle. Selon Robert Hardman, journaliste au Daily Mail, l’héritier sera une héritière. Après avoir mené son enquête, Hardman est arrivé à la conclusion surprenante que tous les pilotes d’avion avaient deux filles. William, pilote de la Royal Air Force, dérogera-t-il à cette règle?

Une grossesse pénible

Kate aurait souffert de pré-éclampsie, un syndrome provoquant une hypertension artérielle et une augmentation du taux de protéines dans les urines. Cela peut mettre en danger la vie de la mère comme celle de l'enfant si aucun traitement n'est prescrit. "Responsable d'un tiers des cas de grande prématurité en France, c'est une cause majeure de retard de croissance du foetus", note Voici. Ce serait donc pour cette raison que Kate aurait dû se reposer et annuler sa participation à plusieurs manifestations publiques.

Le congé maternité

Faisant fi des traditions, Kate a déclaré vouloir s’installer chez ses parents, Carole et Michael, après l’accouchement. Alors que, selon le protocole, elle aurait dû rester dans la résidence royale de Kensington, la jeune femme a décidé qu’elle n’en ferait qu’à sa tête. Elle se sentirait plus en sécurité avec sa famille et aurait très envie que sa mère, elle-même maman de trois enfants, lui enseigne les gestes clés pour s’occuper d’un nouveau-né.

Le parrain et la marraine

Kate souhaiterait que son beau-frère, Harry, et que son frère et sa sœur, James et Pippa Middleton, soient les parrains-marraines de son enfant. Toutefois, Elisabeth II aurait mis son holà: elle exigerait que l’héritier, troisième dans l’ordre d’accession au trône, ait des parrains et marraines de sang royal. Elle aurait même suggéré quelques noms à Kate et William, comme son fils le prince Andrew et la fille de ce dernier, Béatrice.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina