Femina Logo

Il y a deux ans, quand Maxime est né, «j’ai pris conscience du cadeau que c’était d’avoir pu le mettre au monde en respectant le processus naturel de la naissance», raconte Sarah Duflon, une éducatrice de 29 ans. Cela veut dire que la jeune femme n’a pas recouru à une péridurale, qu’aucun appareillage sophistiqué n’a enregistré en permanence l’avancée du travail, et qu’elle a pu choisir les positions qui lui convenaient le mieux jusqu’à ce que son bébé montre le bout de son nez. Le tout dans un environnement chaleureux et intime… à l’hôpital.

Une sage-femme a assuré le suivi de sa grossesse et les suites de son accouchement. Cela s’appelle un accouchement «physiologique».Un terme plutôt rébarbatif. Pourquoi pas «naturel»? «Parce que cela donne une idée de retour en arrière. Et on pense tout de suite aux dangers pour la mère et l’enfant, répond Sarah Duflon. Or cette manière d’accoucher ne comporte pas plus de risques.» Cette affirmation est confirmée par de nombreuses études scientifiques: l’hypermédicalisation de routine, pratiquée même en l’absence de tout facteur de risques peut entraîner des interventions (péridurales, césariennes, épisiotomies etc.) non justifiées pouvant avoir des conséquences négatives pour la mère et le nourrisson.

En gestation au CHUV

Depuis son expérience «formidable», Sarah Duflon a contribué à fonder l’association «Naît-Sens» qu’elle préside. Son but: informer le public et les futurs parents sur les alternatives aux accouchements médicalisés. Qui se pratiquent à domicile, en maisons de naissance gérées par des sages-femmes ou, de plus en plus, en milieu hospitalier. Dès le 29 septembre 2012, ses membres seront présents chaque dernier samedi du mois au marché de Lausanne.

«Naît-Sens» soutient le projet d’une unité de soins ce type que le CHUV devrait bientôt ouvrir au sein de sa maternité à l’initiative d’un groupe de sages-femmes. Le budget doit être avalisé, et «si la décision est positive, nous pourrons démarrer dans quelques mois, déclare Jocelyne Bouton, directrice des soins du département de gynécologie et d’obstétrique. Notre unité d’accouchements physiologiques proposera un suivi complet, du début de la grossesse au post-partum. Le fonctionnement sera assuré par des sages-femmes.» En cas de problème, médecins spécialisés et technologie nécessaire sont prêts. «Depuis que le projet est connu, de très nombreuses femmes nous contactent, relève Jocelyne Bouton. On peut parler d’engouement!»

La création de cette unité serait une première par son ampleur. Mais plusieurs hôpitaux se sont déjà engagés dans cette voie. A Zurich, Berne ou Aigle (où Sarah Duflon a accouché), qui a repris le flambeau de Châtel-Saint-Denis pionnier en Suisse romande. A Genève, les HUG ont accédé à la demande de l’association «Bien-Naître» et depuis plus d’un an des sages-femmes agréées peuvent accoucher leurs clientes dans une salle de la maternité. Selon Ana Bela Gallo, «la collaboration se passe très bien. Nous assurons une vingtaine d’accouchements par an, mais nous n’arrivons pas à répondre à la demande».

Effet de mode ou changement de mentalité? Pour Jacques Seydoux, président de la Société suisse de gynécologie et d’obstétrique, «cette évolution est une solution d’avenir que je soutiens». Il parle en connaissance de cause puisque à l’hôpital de Delémont où il occupe le poste de médecin-chef, une salle «nature» a été aménagée (baignoire, ballon, lit spécial…). «Il est indéniable que les progrès de la médecine ont permis de réduire les risques et sauvent des vies, affirme le spécialiste, mais on est peut-être allés trop loin.»

Quant à Liliane Maury Pasquier, présidente de l’Association suisse des sages-femmes, elle constate que «les femmes veulent redevenir sujets et non plus objets pendant leur grossesse et leur accouchement». Elle insiste sur une bonne information: «S’il n’y a aucun facteur de risque, les femmes doivent pouvoir choisir leur manière d’accoucher en toute connaissance de cause.»

Plus d'infos

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.