Femina Logo

Magique. Touchant. Emouvant. Lundi, sur la Toile, les internautes ne savaient plus à quel bel adjectif se vouer en découvrant First Kiss, une vidéo réalisée par Tatia Pilieva. Le concept? Convier dix couples d’inconnus (ou plutôt des acteurs et autres artistes qui ne se connaissent pas) à s’embrasser devant la caméra.

L’intérêt du projet étant non seulement de montrer comment des individus qui se voient pour la première fois gèrent ce contact buccal improvisé, mais aussi de filmer les minutes précédant le grand saut dans le vide: hésitations, mains qui s’entortillent d’angoisse, regards gênés, sourires exagérés, bref toutes les manifestations d’une pudeur à deux doigts d’être mise entre parenthèses.

Des bisous bien markétés

Certes, ces trois minutes en noir et blanc parcourues par les rythmes de la chanson We Might Be Dead By Tomorrow de Soko – figurant elle-même parmi les bouches qui s’aventurent dans le cadre – ont un charme indéniable. Mais problème. Comme l’ont bien senti certains spectateurs du web, toute cette mise en scène manque cruellement de naturel. De spontanéité. Pour ne pas dire d’innocence.

Et vlan, justement, on apprenait mardi dans le journal français L’Express que la jolie histoire humaine que nous contait Tatia Pilieva était avant tout un sacré coup de pub. Le clip a en effet été orchestré par la marque de vêtements Wren, préalablement balancé sur le Net sans la mention de l’entreprise pour faire buzzer tous azimuts. Ce qui, il faut le confesser, a bien fonctionné. Du moins jusqu’à un certain point…

Car visionnée plus de 24 millions de fois, la première version de First Kiss a ensuite été reprise sur le profil Youtube de la marque histoire de faire apparaître Wren dans le titre. Depuis, la désormais officielle campagne de pub n’a généré que 36’000 clics sur le site de partage. Probablement un juste retour des choses pour ceux qui croyaient jouer en toute impunité avec l’affect des internautes!

Pour voir la vidéo, cliquer ici.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Dans vos écouteurs

E14: Comment chasser la déprime saisonnière

Quand le soleil décide de se coucher à l'heure du goûter, il est parfois difficile de ne pas se sentir épuisé, démoralisé, démotivé... Afin de nous aider à lutter contre les effets du manque de lumière, une psychologue et coach détaille une véritable stratégie anti-blues, en s'inspirant des pays scandinaves. Comme un petit shot de vitamine D.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.