Femina Logo

Les chaussures de ski

On a beau choisir le top du top. Marcher des heures avec comme une bécasse au milieu du magasin de sport pour s’assurer qu’elles conviennent. Dépenser l’équivalent du prix d’une paire de Louboutin pour des chaussons injectés. Optimiser l’épaisseur de la chaussette, calculer les crans des fermetures. Serrer, desserrer… Les chaussures de ski, en plus d’être moches et de nous obliger à avoir une démarche de mammouth, ça gâche le plaisir de skier.

Les pieds gelés

La faute à la température ou à la chaussure mal adaptée, qui n’a pas connu la souffrance intense de la circulation sanguine qui reprend au bout des orteils surgelés au moment d’ôter ses boulets de pieds? A vous convaincre d’arrêter le ski. A jamais.

La bombasse en fuseau

Alors que, boudinée dans votre pantalon molletonné qui plisse en bas (les ourlets sur les pantalons en Gore-tex, on oublie), enrobée dans votre doudoune qui vous donne un air de bonhomme Michelin, cachée derrière votre masque et tassée sous votre casque, les joues cramoisies et la goutte au nez, vous essayez de garder un minimum d’amour-propre, la voilà qui arrive: parfaitement moulée dans son petit fuseau noir et sa petite veste courte cintrée à fourrure véritable sur le col. Le teint parfait, le mascara waterproof impeccable, une cascade de cheveux parfaitement démêlée sortant négligemment d’un splendide bonnet à pompon. Tout à fait le profil de ces blogueuses blondes toujours impeccables que vous détestez gentiment sur les réseaux sociaux.

Les escaliers métalliques à marche XXL

A quoi pensent les architectes? On se le demande quand on constate l’omniprésence des escaliers en métal dans les installations de station: pour monter et descendre du self-service, pour rejoindre la télécabine… Messieurs dames: l’hiver, à la montagne, ces escaliers sont recouverts de neige, donc ils gèlent. Et donc ils glissent. Qui plus est quand on doit les emprunter à la montée et à la descente (pire) avec 10 kilos d’excédent de poids à chaque pied et, parfois, un môme dans chaque bras.

Les enfants

On ne les déteste pas de manière générale… Mais à la montagne, fréquenter les moins de 7 ans est un vrai calvaire. Les habiller, les casquer, leur enfiler leur s… de gants en évitant de mettre trois doigts dans le même trou, puis juste après les déshabiller entièrement parce que c'est justement l’heure de faire pipi. Les habiller à nouveau. Arriver à les attraper pour leur mettre de la crème. Rouler toutes vitres ouvertes par moins dix degrés parce qu’ils ont envie de vomir dans les tournants qui montent à la station. Leur porter leurs skis jusqu’aux pistes, leur hurler dessus pour qu’ils fassent cette p… de part de pizza avec leurs skis pour ne pas se retrouver dans le décor et finir avec un bon lumbago parce que vous aurez du les prendre en vos jambes avec votre bâton en travers sur lequel ils se laissent choir lamentablement. A vous donner des envies de les coller pour la journée au jardin des neiges avant d’opter pour une chaise longue et un chocolat chaud.

Les spaghettis bolognaise

Quel bonheur lorsque votre gentille progéniture, affamée par sa matinée de ski, opte pour la portion de spaghettis bolo. Après 10 minutes passées à les équiper d’un paquet entier de serviettes en papier sur la poitrine pour les empêcher de se tacher, tout est déjà par terre, en bouilli à cause de la neige fondue. Et l’intégralité de la sauce tomate étalée entre la bouche de junior et sa doudoune. Exception faite de tous les morceaux de viande de sauce qui, eux, on ne sait pourquoi, restent toujours au fond de l’assiette. Et pour finir, une petit crêpe au chocolat?

Le télésiège en panne

Quel bonheur, de bon matin, par moins quinze, de se retrouver perchée en l’air en plein vent sur un télésiège à l’arrêt. Pour peu que vous soyez coincée avec les enfants qui gigotent à vous filer la nausée et vous demande toutes les 5 minutes: «C’est quand qu’on repart?», le plaisir est total. Et si on entonnait Etoiles des Neiges pour rigoler un peu?

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.