Femina Logo

santé

Vitamine D: l'Institut du cancer déconseille l'exposition aux UV artificiels

L'institut a été saisi par la Direction générale de la santé "pour apporter un éclairage scientifique à certains messages, parus dans la presse grand public, qui évoquent un effet protecteur des rayonnements ultraviolets (UV) sur l'incidence de certains cancers non cutanés, en raison de leur rôle dans la production de vitamine D". Certains scientifiques émettent l'hypothèse qu'une trop faible concentration en vitamine D pourrait être à l'origine d'une augmentation du risque de cancers non cutanés.

"L'hypothèse selon laquelle le rayonnement UV est un facteur protecteur contre certains cancers (sein, prostate ou côlon) ne repose que sur des études de faible niveau de preuve", affirme l'INCa dans son rapport. Il estime également que la relation entre la concentration dans le sang en vitamine D et certains cancers "reste à éclaircir".

"Etant donné que les UV artificiels sont des cancérogènes avérés et que l'apport en vitamine D est possible par voie orale (apports alimentaires, consommation d'aliments enrichis en vitamine D et/ou supplémentation en vitamine D), l'utilisation des bancs solaires comme source de vitamine D pour la population générale ne peut, en aucun cas, se justifier", déclare l'INCa. L'institut souligne que "la pratique du bronzage par UV artificiels est fortement déconseillée", et "qu'elle ne peut faire référence à un quelconque bénéfice pour la santé".

Le bronzage artificiel a été classé comme "cancérogène certain pour l'homme" en 2009 par le Centre international de recherche sur le cancer. L'INCa rappelle que l'exposition aux rayonnements ultraviolets (solaires et artificiels) représente "le principal facteur de risque environnemental des cancers de la peau".

Avec près de 80 000 nouveaux cas par an, les cancers cutanés sont parmi les cancers les plus fréquents et sont ceux qui ont le plus augmenté ces 50 dernières années.

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.