Femina Logo

santé

Une découverte pourrait améliorer le traitement des cancers de l'ovaire

Cette découverte devrait déboucher sur un test qui permettra d'adapter le traitement à la nature de la tumeur de chaque patiente.

L'équipe de Fatima Mechta-Grigoriou (Inserm-Institut Curie, Paris) vient de découvrir deux "signatures moléculaires" qui permettent d'émettre un pronostic sur l'évolution de la maladie. La première signature, dite de "stress oxydant", permet d'identifier des tumeurs, certes agressives, mais plus sensibles au traitement et donc de meilleur pronostic. La deuxième, dite de type "fibrose", correspond à des tumeurs à fort risque de dissémination tumorale.

La respiration entraîne la production de dérivés de l'oxygène qui peuvent agresser la cellule: c'est le stress oxydant. Le plus souvent, les cellules maîtrisent ce stress. Mais lorsqu'elles sont débordées ou ne disposent pas d'assez d'anti-oxydants, ce phénomène de stress provoque des altérations, favorisant le développement des cancers.

Dans les modèles animaux étudiés, l'existence de la signature "stress oxydant" dans la tumeur accélère sa croissance. Le stress oxydant est donc bien un accélérateur du développement des cancers de l'ovaire, notent les chercheurs. Néanmoins, il améliore aussi la réponse au traitement. En effet, les cellules tumorales souffrant de ce stress se multiplient très vite, mais elles meurent aussi plus facilement des suites du traitement.

Au contraire, la signature "fibrose", favorise la migration des cellules tumorales et donc la formation de métastases. "Quoique hautement prolifératives, les tumeurs présentant la signature stress oxydant sont plus sensibles à certaines chimiothérapies, notamment le paclitaxel (nom de marque: Taxol) et ses dérivés", précise Fatima Mechta-Grigoriou.

A l'Institut Curie, les médecins travaillent sur un projet de test destiné à identifier facilement de quel type de tumeur chaque nouvelle patiente est atteinte afin de pouvoir adapter leur traitement.

Le cancer de l'ovaire, souvent diagnostiqué à un stade avancé en raison de sa situation anatomique à l'intérieur du corps, touche 4600 femmes chaque année en France.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina