Femina Logo

santé

Troubles de la fertilité: une nouvelle cause dans le cerveau

L'équipe dirigée par Vincent Prévot de l'Inserm montre en effet qu'une hormone, la prostaglandine E2, libérée dans le cerveau par des cellules nourricières, situées dans lenvironnement des neurones, est indispensable pour déclencher le processus aboutissant à lactivation des fonctions de reproduction (ovulation, etc.). Ces travaux sur l'animal sont publiés le 12 septembre 2011 dans les compte-rendus de l'académie des sciences américaine, les PNAS.

La fonction de reproduction est déterminée par des événements qui prennent place dans le cerveau. Les secrétions hormonales des ovaires et des testicules dépendent étroitement de l'hypophyse, une petite glande située à la base du cerveau. Cette dernière est elle-même sous le contrôle du chef d'orchestre des glandes également situé dans le cerveau, l'hypothalamus.

Au moment de la puberté, lactivation dune poignée de neurones très spécialisés (les neurones à GnRH) de lhypothalamus, entraîne la synthèse d'une hormone, la gonadolibérine ou GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone). Cette hormone stimule la synthèse par l'hypophyse d'autres hormones, qui à leur tour vont passer dans le sang pour promouvoir la croissance des gonades (ovaires, testicules) au moment de la puberté, puis pour assurer la fonction reproductive.

Depuis quelques années, les chercheurs pensaient que les neurones à GnRH devaient recevoir des informations émanant de neurones voisins pour fonctionner et enclencher le processus de la puberté. "En fait, l'hormone PGE2 (la prostaglandine) provenant de cellules nourricières (dites "gliales") joue un rôle prépondérant: elle est indispensable à la survenue de la puberté et de la fertilité", explique Vincent Prévot du Centre de recherche Jean Pierre Aubert (Lille) . "Lidentification du rôle-clé de l'hormone et de sa source, des cellules gliales, sur cette grande fonction biologique chez les mammifères ouvre de nouvelles pistes thérapeutiques pour le traitement des troubles de la fertilité", selon le chercheur. La prochaine étape portera sur l'analyse des gènes de patients dont les troubles de fertilité sont d'origine cérébrale afin de trouver la cause du problème et y pallier, ajoute-t-il.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.