Femina Logo

santé

Mariée depuis 11 ans et vie sexuelle presque réduite au néant

Couple sexualite 2
© DR

Bonjour, je suis mariée depuis 11 ans avec mon premier amour et depuis 3 1/2 ans nous traversons une crise de couple liée à une remise en question générale (travail, enfants, nous en avons 2, etc...). Depuis tout ce temps notre vie sexuelle est réduite presque au néant! Au début de la crise j'ai continué à être demandeuse, mais mon mari me repoussait sans arrêt, nous n'avons plus fait l'amour pendant 7 mois. Ensuite nous nous sommes retrouvé pendant les vacances et de nouveau s'en est suivit 7 mois sans relation. Ainsi de suite jusqu'à cette dernière année où mon mari ne m'a plus touchée pendant 11 mois... Nous avons refait l'amour il y a un mois une seule fois au retour d'un voyage de 10 jours que j'ai fait seule avec mes 2 enfants! Mon mari ne me désire plus mais moi j'ai besoin de relations sexuelles et de tendresse bien sûr. J'utilise en cachette 2-3 sextoys et ça me fait du bien mais je me retrouve souvent triste après un orgasme seule avec mon "truc en plastique"! J'ai tout essayé, le dialogue, les trucs sexy, lui demander que l'on consulte tous les 2, l'ignorer aussi rien n'y fait. J'ai l'impression d'être une femme en manque qui fantasme sur n'importe quel homme. En étant très crue, j'ai besoin de sexe... Que puis-je faire? Merci pour votre aide.
Rose Noire

Vous vous êtes mariée avec votre premier amour, ce qui indique que vous n’avez pas eu beaucoup d’expériences sexuelles avant lui, si ce n’est aucune… Vous avez donc vraisemblablement tout appris avec lui et, si cela se trouve, il en va de même pour lui. Je dois reconnaître que la majorité des gens qui me consultent sont dans votre situation, ce qui me fait penser que l’inexpérience sexuelle est un facteur de risque important qui engendre bien des insatisfactions et des frustrations conjugales. En effet, les expériences multiples permettent de découvrir ce que nous aimons dans la sexualité et comment nous pouvons parvenir au plaisir. Et la rencontre de différents partenaires nous donne l’occasion d’explorer l’extraordinaire diversité des corps, des sensibilités personnelles et des façons d’accéder à la jouissance. Cela remplit aussi notre réservoir imaginaire de souvenirs précieux et enrichit notre fantasmatique érotique. Il vous manque donc clairement cet apprentissage qui vous permettrait certainement plus facilement de trouver une solution à votre problème.

De plus, vous êtes en période de crise et de «remise en question générale» pour des raisons autres que votre intimité conjugale: le travail, les enfants, et sans doute aussi la répartition des tâches ménagères et de vos revenus financiers. Beaucoup de couples rencontrent en plus des difficultés avec leurs familles d’origine qui sont soit trop présentes et envahissantes, soit trop absentes et distantes. Or, il s’avère que lorsque notre esprit est envahi par des soucis et des ennuis extérieurs, nous avons beaucoup de peine à nous retrouver dans notre sexualité qui pourrait pourtant être un espace de réconfort et de réconciliation. Car, comme vous le décrivez, toutes ces préoccupations et difficultés nous éloignent tant psychiquement que physiquement de l’autre. Et nous n’arrivons même plus à échanger les gestes et les mots tendres dont nous avons tant besoin dans notre quotidien, et qui sont les pré-requis indispensables pour créer une connivence et une complicité qui nous donnent envie d’aller plus loin… Votre sexualité de couple est donc complètement bloquée et hormis les rares périodes de vacances et de détente, vous ne faîtes plus du tout l’amour avec votre mari, ou au maximum une à deux fois par année. Ce qui fait très peu et donne effectivement le sentiment d’être «en manque». Et, si cela peut vous rassurer ou vous apporter un peu de réconfort, je vous assure que vous n’êtes pas la seule dans cette situation.

Alors, je vous félicite de prendre le temps de soigner votre sexualité au moins toute seule et de ne pas démissionner! Car je reçois souvent des femmes ou des couples qui ont complètement renoncé et laissé de côté leur vie intime et qui ne savent même plus quel effet cela fait ni comment s’y prendre. Et, comme le dit le dicton «l’appétit vient en mangeant», ce qui fait qu’en matière de sexualité, moins on le fait et moins on a envie de le faire... Résultat: votre mari ne vous touche plus, il ne vous sollicite même plus du tout! Vous pratiquez donc la masturbation en solo, sans doute chacun de votre côté. Et, comme vous le dîtes, vous vous sentez triste après un orgasme solitaire avec votre «truc en plastic», même si cela vous fait certainement du bien car la sexualité, même auto-érotique, nous procure de la détente et du bien-être. Ce qui ne vous empêche pas de vous sentir en manque de sexe et de tendresse… Alors vous vous permettez de fantasmer sur d’autres hommes, ce qui indique que votre sexualité reste bien vivante et ne s’éteint pas malgré une situation difficile à vivre, ce qui en soi très positif et vous permet de lutter contre la dépression qui vous guette.

Vous dîtes avoir tout essayé pour convaincre votre mari de chercher une solution à cette situation qui devient pour vous intenable et invivable: le dialogue, les trucs sexy, l’ignorer, lui demander de consulter ensemble, rien n’y fait! Il me semble que dans cette situation, il ne vous reste plus qu’à le menacer d’aller voir ailleurs ou carrément de passer à l’action. Car, paradoxalement, c’est ce qui pousse le plus efficacement les hommes à accepter d’entamer le dialogue ou de consulter une sexologue. Ils ont malheureusement encore souvent besoin de se sentir sur le fil du rasoir ou au bord du précipice pour se décider à faire face aux problèmes qu’ils n’arrivent pas à résoudre tout seuls dans leur caverne à ruminer.

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.