Femina Logo

Vous rêvez du prince charmant, attendez de pied ferme celui qui vous passera la bague au doigt pour le plus beau jour de votre vie, mais vous collectionnez les aventures ou les casseroles sentimentales? Si, en plus, vous êtes plutôt du style à tomber dans les bras de Morphée à des heures indues, alors le problème vient peut-être de vos hormones…

C’est en tout cas la théorie de Dario Maestripieri, chercheur à l’Université de Chicago, aux Etats-Unis, et auteur d’une étude sur les relations entre le mode de vie et la capacité à fonder un couple durable. Récemment publiés dans la revue Evolutionary Psychology, ses travaux suggèrent en effet que les femmes aux tendances couche-tard sont plus à même de multiplier les partenaires et donc de retarder le moment où elles formeront un duo stable.

Je dors, donc je fuis

Pour parvenir à ce constat, le scientifique a mesuré chez une centaine de volontaires le taux de testostérone et de cortisol présent dans leur salive, des hormones ayant une action directe sur l’excitation et l’agressivité, et donc, selon l’universitaire, sur la vie amoureuse. A l’arrivée? Les noctambules régulières obtenaient des résultats au-dessus de la moyenne. Une caractéristique également partagée avec leurs homologues masculins.

En résumé, affirme Dario Maestripieri, «les oiseaux de nuit, hommes comme femmes, sont plus susceptibles d'être célibataires ou de vivre de courtes relations par rapport aux lève-tôt.» Vous rêvez du cavalier blanc sur son cheval immaculé? Alors hop, au lit!

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina