Femina Logo

Des chercheurs du Wellcome Trust Centre for Neuroimaging à l'University College à Londres ont, a priori paradoxalement, fait leurs tests sur des femmes pour prouver que cette hormone mâle pouvait "rendre moins coopératif et plus égocentrique". La testostérone est secrétée chez les femmes, mais à moindre dose par rapport aux hommes. C'est pour éviter les interférences de la sécrétion naturelle que cette étude a été réalisée chez des femmes et non pas chez des hommes.

Le degré de coopération a été testé sur des groupes composés de deux femmes auxquelles on avait administré alternativement des doses de testostérone et des placebos. Il était demandé aux deux femmes de coopérer pour trouver une réponse commune en cas de désaccord sur les réponses à apporter à un test.

Les chercheurs ont trouvé que lorsque des doses de testostérone étaient administrées "la coopération était nettement réduite". "De fortes doses de testostérone sont allées de pair avec un comportement égocentrique", selon un communiqué diffusé à l'occasion de la publication de l'étude dans la publication britannique Proceedings of the Royal Society B.

Lorsqu'une décision de groupe doit être prise, il faut faire la part entre coopération et intérêt personnel : trop de coopération et on pourrait ne pas s'en sortir, mais si on est trop égocentrique, on ignorera vraisemblablement l'avis d'une autre personne éclairée, explique le Dr Nick Wright qui a dirigé l'étude.

"Notre comportement semble modulé par nos hormones", souligne le Dr Wright. On savait déjà qu'une hormone, l'ocytocine, pouvait rendre plus coopératif. Par cette expérience, "nous avons montré que la testostérone affecte aussi nos décisions, en nous rendant plus égocentrique". La plupart du temps, cela n'empêche pas de trouver la meilleure solution, mais, "parfois, la testostérone peut nous faire ignorer le point de vue des autres", souligne Wright.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.