Femina Logo

« Et, bien sûr, plus que deux tasses de café par jour au maximum ! » Quand le gynécologue d’Emily Oster lui a recommandé de réduire sa consommation, la première réaction de cette professeure à l’université de Chicago, a été de demander « pourquoi seulement deux ? ». Le flou de la réponse ne l’a pas convaincue. Du coup, comme elle voulait avoir de bonnes raisons pour renoncer à ses quatre tasses quotidiennes, elle s’est plongée dans la littérature médicale et scientifique. Et là, surprise ! Emily Oster, dont le métier est justement de scruter chiffres et statistiques, a découvert que les études qui liaient la consommation de caféine à des risques plus élevés de fausses couches étaient tout simplement mal faites. Elle a donc continué à boire ses quatre tasses de café quotidiennes et s’est lancée dans une véritable enquête sur la véracité des innombrables recommandations faites aux femmes enceintes.

Emily Oster remet notamment aussi en cause l’interdiction d’alcool qui est quasi la règle aux Etats-Unis. Evidemment, elle n’encourage pas les femmes enceintes à écumer les bars, mais elle affirme qu’un ou deux verres de vin par semaine pendant le premier trimestre, voire même un verre par jour au-delà, ne risquent pas de causer de futurs problèmes de comportement chez les enfants à naître. C’est pourtant ce qu’affirme une étude de référence . Mais voilà : l’économiste l’a examinée à la loupe et a découvert que parmi les femmes qui avaient été suivies, 45% de celles qui buvaient un verre par jour consommaient aussi de la cocaïne !

Peut-on se faire faire une couleur ? Jardiner ? Boire du lait cru ? Voilà quelques-unes des questions qu’Emily Oster aborde dans son livre en se livrant chaque fois à une pesée risques/bénéfices sur la base des connaissances actuellement disponibles. Elle répond « oui » pour la teinture des cheveux, mais déconseille le jardinage et le lait cru en raison de risques élevés de toxoplasmose. Elle applique la même méthode à des thèmes bien plus fondamentaux comme l’opportunité des tests prénataux. Sa conviction : les femmes savent faire des choix dans tous les domaines, qu’ils soient professionnels ou privés, mais quand il s’agit de leurs futurs enfants, elles sont priées de faire ce qu’on leur dit sans exercer leurs neurones. Il est donc grand temps de leur donner les éléments nécessaires pour faire leur propre choix. Quant à sa fille, elle se porte comme un charme !

Emily Oster,« Expecting Better : Why the Conventional Pregnancy Wisdm Is Wrong-and What You Really Need to Know, éd. Orion (pas encore traduit en français)

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.