Femina Logo

santé

«Dry January» permet de se sentir mieux, de bien dormir et de faire des économies

«Dry January» permet de se sentir mieux, de bien dormir et de faire des économies

Parmi les autres bienfaits du Dry January, on peut rapporter un sens de l'accomplissement personnel, rapporté par 93% des participants, ainsi qu'une économie d'argent, rapportée par 88% des sondés.

© Nordwood Themes

Une équipe de l'Université du Sussex s'est penchée sur les adultes qui ont pris part au Dry January 2018, un événement organisé au Royaume-Uni par Alcohol Change UK. Un premier sondage a été réalisé auprès de 2821 personnes inscrites à l'événement Dry January, au début de celui-ci. Un deuxième a été réalisé auprès de 1715 personnes la première semaine de février et le dernier, auprès de 816 participants en août.

Des bénéfices durables sur la santé, la balance et le porte-monnaie

Les résultats montrent que ceux qui ont participé au Dry January ont déclaré boire moins les mois suivants, avec une consommation en baisse même au mois d'août. Les participants ont également révélé que le nombre moyen de jours où ils avaient bu était passé de 4,3 à 3,3 jours par semaine. Le nombre d'unités d'alcool consommées par jour a également baissé de 8,6 à 7,1 et la fréquence d'ébriété est passée de 3,4 fois par mois à 2,1 fois par mois en moyenne.

J’arrête l’alcool pendant 1 mois: quels seront les effets sur ma santé?

Parmi les autres bienfaits du Dry January, on peut rapporter un sens de l'accomplissement personnel, rapporté par 93% des participants, ainsi qu'une économie d'argent, rapportée par 88% des sondés. Prendre part à Dry January a également conduit 82% des participants à réfléchir à leur rapport à la boisson. 80% des participants se sentent plus aptes à contrôler leurs habitudes et 76% en savent davantage sur les raisons et les endroits qui les conduisent à boire. Un grand nombre (71%) prend également conscience qu'il n'est pas nécessaire d'avoir recours à l'alcool pour s'amuser.

Réduire sa consommation procure d'autres avantages pour la santé : un meilleur sommeil, une perte de poids, une concentration accrue, une peau d'aspect régénéré, comme l’explique le docteur Richard de Visser, auteur principal de l’étude:

«Le simple fait d'arrêter l'alcool pendant un mois aide à moins boire à long terme. Au mois d'août, les participants font état d'un jour supplémentaire sans alcool par semaine. Il y aussi des bienfaits immédiats considérables: neuf personnes sur dix affirment économiser de l'argent, sept sur dix dorment mieux et trois sur cinq perdent du poids.»

«Il est intéressant de constater que ces changements dans la consommation d'alcool ont également été remarqués chez les participants qui ne sont pas parvenus à ne pas boire pendant un mois entier, mais ils sont moins nombreux, poursuit l’expert. Il y a donc un réel intérêt à relever le défi Dry January jusqu'au bout.»

L’«alcoolorexie», le trouble alimentaire sournois qui détruit la santé des étudiantes

Une vie totalement transformée

Le docteur Richard Piper, PDG d'Alcohol Change UK, a commenté cette étude:

«Pour parler simplement, Dry January peut changer des vies. Nous recevons chaque jour le témoignage de personnes qui ont pris en main leur consommation de boisson grâce à Dry January et qui s'en trouvent plus heureuses et en meilleure santé.»

Le National Health Service anglais recommande aux hommes comme aux femmes de ne pas dépasser les 14 unités par semaine et de répartir ces unités sur trois jours ou plus. Un petit verre de vin (125ml, d’une teneur en alcool de 12%) compte pour 1,5 unité. Un verre standard pour 2,1 unités. Une bouteille de vin de 750ml (13,5% percent) contient 10 unités. Une pinte (britannique) de lager/bière/cidre (5,2 %) compte pour 3 unités et une bouteille de 330ml de lager/bière/cidre (5%) représente 1,7 unité.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.