Femina Logo

On peut, évidemment, se contenter de faire la planche ou de battre mollement des pieds. Pourtant, ce serait dommage de ne pas profiter des bienfaits de la natation. Elle renforce le système cardiovasculaire, améliore les capacités pulmonaires, masse et allonge les muscles, affine la silhouette, donne la pêche… Bref, c’est un sport complet qui fait travailler tout le corps. Sans risque de chute ni de blessure. En plus, dans l’eau, 80% de notre poids est effacé. Parfait pour se bouger tout en ménageant ses articulations même si on est un peu trop enveloppée.

Donc, cet été, c’est décidé, on se (re)met à nager. Mais comment? Pour une petite revue de styles nous avons sollicité Natascha Pinchetti-Justin, cheffe de la branche natation de Jeunesse+Sport et de l’équipe de l’école de natation de Thônex à Genève. Dernier conseil avant d’aligner les longueurs: assurez-vous de savoir nager! Bien sûr, vous flottez, vous avancez même à une allure dont vous êtes fière, mais si vous êtes vite essoufflée, si vous ressentez une gêne dans la nuque ou le dos après l’effort, cela vaut la peine de reprendre quelques cours pour améliorer votre technique. Et, pourquoi pas, pour apprendre une nage supplémentaire afin de varier les plaisirs…

La brasse

«Attention, les jambes bien comme les grenouilles!» Voilà LA phrase qui a accompagné l’apprentissage de la natation de nombreuses d’entre nous. Pas étonnant que ce soit la nage la plus pratiquée. Pourtant, c’est la plus compliquée à acquérir – les mouvements des jambes, dont la torsion des genoux, ne sont pas naturels – et la plus lente. A long terme, sa suprématie est toutefois menacée. Le b.a.-ba de la nage, c’est sur le dos qu’on l’appréhende aujourd’hui.

Avantages Si on les exécute correctement, les mouvements de la brasse ont un effet raffermissant sur la face interne des cuisses, les muscles supérieurs des bras et le buste. A pratiquer dans sa version «coulée».

Inconvénients Si vous optez pour la brasse parce que cela permet de papoter et de ne pas mouiller vos cheveux, attention! Vous risquez des tensions au niveau des cervicales – la nuque est alors en hyperflexion et le bas du dos se cambre inexorablement. A éviter! De fait, la brasse, même coulée, n’est pas recommandée si l’on souffre du dos. Elle est aussi déconseillée aux femmes enceintes.

Le crawl

C’est la nage des superlatifs: la plus naturelle, la plus efficace, la plus rapide. Regards admiratifs assurés quand on vire telle une pro au bout de la ligne. Bon, cela peut aussi agacer celles et ceux qui ont la désagréable impression de faire du surplace quand ils se font dépasser.

Avantages Le haut du corps est très sollicité puisque 80% de la poussée se fait avec les bras. Le crawl sculpte particulièrement les muscles des bras et des épaules. Il est aussi très bénéfique pour les abdos, les muscles fessiers, ceux des cuisses et des mollets. Excellent pour le souffle, parfait pour tout le système cardiovasculaire.

Inconvénients Peu nombreux. Pour autant qu’on ait réussi à maîtriser sa respiration. Expirer dans l’eau n’a rien d’instinctif, mieux vaut donc bien l’apprendre. Sinon, on est condamnée à nager en apnée. Attention aussi à ne pas aggraver – voire à générer – une lordose (cambrure exagérée du bas du dos).

Le dos crawlé

La seule nage qui se pratique sur le dos (et qui empêche de voir où l’on va).Mieux vaut s’y adonner dans des lignes de natation ou suivre le bord de la piscine pour éviter trajectoires aléatoires et collisions. Penser aussi à se choisir des points de repère pour éviter le crash en fin de longueur.

Avantages Plus doux que sa version ventrale, ce crawl muscle davantage le dos, la poitrine et les abdos tout en soulageant les épaules. Il entraîne aussi une bonne ouverture de la cage thoracique ce qui contribue à augmenter la capacité respiratoire. Cette nage convient à tous et à tout âge. Elle est particulièrement recommandée aux femmes enceintes et aux personnes âgées.

Inconvénients Peut décourager celles et ceux qui ne se sentent pas franchement en confiance dans l’eau. Il faut en effet bien laisser reposer sa tête à plat (si on la redresse, ce sont les cervicales qu’on stresse) et être prête à des inhalations chlorées intempestives en cas de vagues. Conseil de pro: inspirer par la bouche, expirer par le nez.

La nage papillon

La plus spectaculaire et la plus exigeante physiquement. Le papillon se place deuxième sur le podium de la vitesse, après le crawl. Quand elle a été inventée, cette nage ventrale qui voit les bras revenir vers l’avant au-dessus de l’eau, recourait aux mouvements de brasse pour les jambes. En style contemporain, celles-ci restent parallèles et collées ensemble pendant l’ondulation du corps. C’est une technique qui ne s’acquiert pas instinctivement. Autodidactes s’abstenir.

Avantages On s’y fait des abdos d’acier. Ce sont eux qui sont le plus sollicités pour parvenir à faire onduler le corps harmonieusement et efficacement. Fortifie également les pectoraux, les muscles du dos et les jambes.

Inconvénients Pas vraiment à la portée de tout le monde. Cette nage est réservée aux personnes en très bonne forme physique et qui sont déjà bien entraînées. Sinon, gare aux douleurs dans le dos!

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.