Femina Logo

C’est l’une des plus vieilles médecines au monde. Les Egyptiens utilisaient le miel comme antiseptique et anti-inflammatoire, les Romains ne partaient pas sur les champs de bataille sans leur fiole de propolis aux vertus anti-infectieuses, Hippocrate recommandait le miel en traitement des plaies… Puis, à renfort d’antibiotiques, la médecine moderne a rendu ces soins terriblement démodés. Mais depuis quelques années, sur fond de conscience écologique et d’intérêt pour les médecines douces et naturelles, l’apithérapie remonte en estime: de plus en plus d’études sont menées pour en démontrer les bienfaits; dans certains hôpitaux elle est utilisée en soin cicatrisant, tandis que des médecins spécialisés y recourent à titre préventif, curatif ou complémentaire.

Pédiatre à Lugano, le Dr Matteo Dell’Andrino conseille régulièrement les produits de la ruche, avec cette précaution: «Les choisir bios, d’origine locale, et en se renseignant autant que possible sur leur mode de fabrication: leurs vertus sont tributaires de leurs bonnes conditions de production.» Il nous livre sa pharmacopée.

Le miel

Parfaitement assimilable par l’organisme, il est une excellente alternative au sucre, y compris pour les diabétiques. Il stimule la croissance et l’activité de la flore intestinale (effets dits «prébiotiques»). Une cuillerée par jour est un bon moyen de soutenir son système immunitaire durant l’hiver. Idéal aussi en cas de «petits bobos», car il a des propriétés cicatrisantes, ce qui lui vaut d’être utilisé pour les plaies, brûlures, nécroses et autres infections cutanées. Toutefois, évitons de faire ces cataplasmes sans les conseils d’un médecin spécialisé. Et limitons-en l’usage aux enfants à partir de 12 mois.

Chaque miel a ses vertus. Par exemple, le miel d’oranger et de tilleul sont calmants alors que le miel de trèfle est un stimulant; les miels de lavande, eucalyptus, pin et sapin sont efficaces contre les infections respiratoires, le miel de bruyère est diurétique, le miel de manuka est cicatrisant et antibiotique... Notons que tout miel devrait être consommé en moins de deux ans: au-delà, il reste comestible mais perd ses propriétés.

La gelée royale

C’est la nourriture de la reine des abeilles, qui vit de quatre à cinq ans, tandis que les abeilles, nourries au miel, meurent au bout de quelques semaines. Cela donne une idée de la puissance du nectar! Concentré de vitamines, de protéines et d’antioxydant, c’est le top de la ruche, en prévention, par cure de deux semaines. Mais cette gelée est difficile à récolter, et donc chère. On la trouve souvent mélangée à d’autres produits et en faible dosage. Mieux vaut consommer de la royale pure une brève période qu’un mauvais mélange plus longtemps.

La propolis

Il s’agit d’une résine collectée par les abeilles pour protéger la ruche d’agresseurs potentiels (virus, bactéries, insectes, etc.). Antioxydante, antivirale, antibactérienne, elle est recommandée contre le mal de gorge, le rhume, les aphtes, les infections cutanées, l’herpès ou l’eczéma. Elle existe sous forme liquide, dissoute dans de l’alcool (à éviter chez les enfants) ou sous forme non alcoolisée, tout aussi efficace mais plus difficile à obtenir, donc plus chère. Elle peut également se trouver en adjuvant dans des crèmes et dans des sprays contre le rhume.

Le pollen sec

Cette poudre colorée présente dans le cœur des fleurs en est l’élément fécondant mâle. Les abeilles y puisent leur unique source de protéines. Le pollen contient en effet tous les acides aminés nécessaires à la constitution des protéines. On lui reconnaît des vertus antistress, pour soigner la prostate, soutenir la virilité. Matteo Dell’Andrino y voit un parfait complément pour les personnes qui manquent d’appétit ou sont affaiblies, comme les personnes âgées. A l’instar du miel, chaque pollen a ses vertus. Notons que le pollen de pavot est l’un des plus riches en protéines (une cuillerée à soupe en apporte autant que 100 grammes de viande!), tandis que celui de châtaignier est très riche en antioxydants. Une cuillerée par jour pendant les mois froids est recommandée.

Le venin d’abeilles

Le venin d’abeilles fait l’objet de trop peu d’études scientifiques pour être validé par la médecine traditionnelle. Cependant, plusieurs siècles d’application lui reconnaissent une puissante action sur le système immunitaire, et les spécialistes le préconisent contre la sclérose en plaques, l’arthrite, les allergies, l’asthme... ou comme Botox naturel ( ce serait d’ailleurs le secret de beauté de Kate Middleton)! «Dans tous les cas, nous dit Matteo Dell’Andrino, ce traitement qui consiste à se faire piquer par des abeilles doit être pratiqué exclusivement par un professionnel, car c’est d’abord un poison permettant à l’insecte de lutter contre ses agresseurs.»

3 exercices pour stimuler son système immunitaire

1. Assise ou debout, prenez votre cou entre vos mains, les auriculaires placés derrière les oreilles tandis que les index et les majeurs se touchent derrière la nuque. Lentement mais avec une certaine pression, faites glisser les mains jusqu’en bas du cou. Répétez l’exercice une dizaine de fois. Il permet de drainer le système lymphatique, essentiel à la stimulation du système immunitaire.

2. Assise, les mains sur les cuisses, inspirez profondément tout en ouvrant grands vos bras et levez la tête vers le ciel. Restez ainsi, la poitrine dégagée mais sans cambrer le dos, pendant 5 respirations. Reprenez ensuite la posture initiale. A répéter 5 fois quotidiennement.

3. Saisissez un pied. Dans la zone la plus creusée de la voûte plantaire (à un tiers de la pointe), appuyez doucement sur le point posé en alignement entre le 2e et le 3e orteil. Maintenez la pression durant 20 secondes sur chaque pied.

Illustrations Sylvie Pinsonneaux/Comillus

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.