Femina Logo

cuisine

Andonia Dimitrijevic: «La cuisine, c’est une forme d’activisme»

Corinne Sporrer Andonia 18 0028

Andonia sur la terrasse du Mu-Food, dans le quartier genevois des Pâquis.

© Corinne Sporrer

Andonia Dimitrijevic, Lausannoise fraîchement installée à la campagne, le reconnaît d’emblée: elle va bien plus souvent à Paris qu’à Genève. Mais parfois, l’appétit vient en prenant le train. Du coup, la directrice des éditions l’Age d’Homme nous invite à voyager avec elle pour aller s’attabler au Mu-Food, dans le quartier des Pâquis.

«J’ai découvert cet endroit lors de l’Urban Vegan Festival, en octobre 2017. Ils avaient un stand, et leur cuisinier est venu sur le nôtre acheter quelques livres.»

Pas étonnant, puisque sa maison d’édition possède un joli catalogue de livres de cuisine végane.


© Corinne Sporrer

Ici, à deux pas de la gare Cornavin, les produits sont bios, les patrons appellent les producteurs de légumes (et de glaces) par leur prénom, et la cuisine est entièrement végétale.

Retenez vos cris d’orfraie: Andonia Dimitrijevic, végétarienne depuis ses 10 ans («J’avais vu une émission TV où une vache était amenée à l’abattoir et on la frappait pour qu’elle avance, j’ai eu l’impression que c’était moi qui recevais les coups.») et végane depuis de nombreuses années, voulait nous montrer que manger bien, bon et végétalien, c’était possible.

La carotte, prochain interdit alimentaire?

«J’aime cet endroit car le choix est varié. Les produits sont frais et on n’est ni dans le fast-food ni dans une cuisine entièrement crue, comme ça peut être souvent le cas dans ce genre d’endroits. En plus, ils font aussi bar et c’est sympa de pouvoir continuer la soirée sur place, même si perso je ne bois pas d’alcool. Pour moi, la cuisine est une forme d’activisme, car il faut montrer que l’on peut faire du végane sans perdre le plaisir de manger.»



© Corinne Sporrer

Andonia a pourtant hésité avant d’arrêter son choix sur cette adresse, qui vient de fêter sa première année d’existence. Gourmande et très bonne cuisinière (ses pâtisseries ont notamment séduit Lolita Lempicka, qui fait régulièrement appel à elle), elle avait notamment pensé au Tibits de Berne. «En plus, nous éditons leur premier livre en français, Tibits Love Story, qui sortira en octobre!»

Lot de consolation: ils finissent au pied de cette page. «Il faut dire que les endroits végétariens ou véganes sont souvent petits et n’ont pas forcément de terrasses», précise-t-elle en sirotant un smoothie lait de riz-banane-curcuma.

A l’heure du plat principal – une aubergine farcie au ragoût de soja blanc, sauce aïoli et salade tiède de riz noir et rouge, délicieuse et roborative si vous voulez tout savoir – elle a le sourire. Tout cela valait le déplacement.

L’adresse: Mu-Food, rue de Lausanne 59, Genève Tél. 022 900 06 65

3 autres adresses coup de cœur d’Andonia Dimitrijevic

Tibits, à Berne «En attendant leur ouverture à Lausanne, je vais à Berne me régaler! Leur buffet est gigantesque. C’est un peu cher, mais tellement bon! Je ne comprends pas les réactions négatives à l’annonce de leur arrivée à la gare de Lausanne.» Gurtengasse 3, Berne

Café Mutin, à Genève «J’ai rencontré les fondateurs de ce lieu, né d’un crowdfunding, lors d’une conférence pour laquelle j’avais réalisé des gâteaux. Je les trouve courageux de se lancer dans un restaurant et pas un take-away.» Bd de la Cluse 20, Genève

Le Jardin Thaï, à Lausanne «J’adore la cuisine thaïe, c’est un de mes lieux préférés à Lausanne. Ils font tout minute, je peux leur demander une salade de papaye sans sauce d’huîtres, ou un pad thaï végan. En plus, le patio est très joli.» R. du Petit-Chêne 34, Lausanne

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.