Femina Logo

minceur & forme

Tendance bien-être: on a testé la flottaison

Flottaison test

Flotter dans son «pod» fermé, lumières éteintes, c'est un peu comme nager dans une grotte au centre de la terre.

© Roberto Nickson/Unsplash

Imaginez un bain, chaud mais pas trop. Une eau généreuse en sels d’Epsom, qui vous permet de flotter sans faire le moindre effort. Imaginez un instant hors du temps, sans SMS ni agenda. En fait sans le moindre bruit. C’est le principe de la flottaison, encore peu pratiquée sous nos latitudes. Vous entrez – nu - dans votre «pod», un genre de bulle futuriste, en fermez le «capot», et vous voilà dans un autre univers, permettant à votre corps de se détendre entièrement, et à votre esprit de trouver un instant de calme.

Claustrophobes s’abstenir

L’expérience peut s’apparenter à de la privation sensorielle. En fermant le capot de la machine et en éteignant la lumière, tous nos sens sont comme mis en veille. Une comparaison qui vaut ce qu’elle vaut: on a l’impression de flotter à choix dans une caverne obscure ou dans un liquide amniotique rassurant, à la manière d’un fœtus… Ces dernières années, plusieurs centres ont ouvert leurs portes, à Martigny ou Berne par exemple. Dernier en date, le bien-nommé Surface, au Mont-sur-Lausanne. Vincent Herzog propose ici l’option en musique: une mélodie spécialement développée pour apaiser l’esprit, à base de bruits naturels et de légères pulsations censées stimuler les ondes theta du cerveau. Résultat: réduction du stress, meilleure humeur et une concentration améliorée. Que demander de plus?


© DR Le caisson de flottaison chez Surface, au Mont-sur-Lausanne. Les plus claustrophobes peuvent garder le «capot» ouvert.

Noir c'est noir

Perso, on a choisi l’option «noir total». Il faut veiller à entrer doucement dans l’eau saturée en sel: si une goutte termine dans l’œil, autant dire que ça pique. Quand le capot se referme, les premiers instants sont réellement déstabilisants. Durant plusieurs minutes, on a eu l’impression de faire des tours sur soi-même comme pris dans un tourbillon – la faute à la perte de repères sensoriels – avant que notre cerveau réalise que, non, on est simplement en train de gauger tranquillement dans de la saumure…

Comme c’est la première fois, on s’amuse aussi: en sortant les oreilles de l’eau, les sons réverbérés comme dans une grotte, on s’imagine au centre de la terre, on écoute le bruit des gouttes d’eau résonner… Puis on s’est endormi quelques instants. Comme tous les muscles sont au repos, la tête a tendance à partir en arrière, et à créer chez certains des tensions dans la nuque. C’est mon cas. Mais comme l’eau nous porte, il suffit de croiser ses doigts derrière la tête pour s’installer plus confortablement. On sort de cette parenthèse bien davantage que détendu. Apaisé et revigoré.

Cultiver son bien-être en imitant... le chat!

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.