Femina Logo

minceur & forme

« C'est un programme sérieux et réaliste »

Temoignages Anita Zulling
© DR

« Je ne crois pas aux miracles », dit Anita Züllig. « Personne ne peut perdre votre poids à votre place. Il faut s'y mettre soi-même, et y être préparé(e) mentalement. »

Mère de famille, juriste, directrice de crèche et maître de conférences, elle sait de quoi elle parle. Après sa troisième grossesse, elle avait atteint la limite maximum du poids normal et n'arrivait pas à en redescendre. Entre autres raisons, elle avait totalement abandonné le sport, faute de temps. Elle a essayé une fois de suivre un régime aux règles strictes. « Je n'avais rien d'autre à faire que de suivre bêtement les instructions. Mais ça ne pouvait pas fonctionner à long terme, car ce régime retirait absolument toute joie de vivre », dit-elle avec un rire qui illumine son visage.

Atteindre l'objectif soi-même


Autrement avec eBalance, le programme en ligne aide à faire le bon choix, dit Anita Züllig. « Mais c'est à soi-même d'atteindre l'objectif. » Pour elle, c'est une méthode réaliste. Elle a depuis atteint son poids de confort de 65 kg, a adopté quelques nouvelles habitudes qu'elle peut facilement pratiquer sur le long terme.

Tout d'abord, elle cuisine avec moins de matières grasses. Le midi, elle remplit son assiette, plus petite qu'avant, à moitié avec des légumes et de la salade, un quart de féculents et le reste en protéines. Pas de secret, cela forme un repas équilibré et satisfaisant. Pour les petites envies, elle s'autorise chaque jour une barre de chocolat noir. « C'est tout à fait faisable dans eBalance, tout comme les jours où on décide de se faire plaisir. Il y a ensuite différentes méthodes pour contrebalancer les excès. »

Éviter les dents de scie


Anita Züllig a entendu parler d'eBalance dans une émission télé sur la santé. « C'était un principe sérieux qui m'a plu », dit-elle. Après avoir fait deux chutes, qui lui ont montré le manque de tension et de souplesse de son corps, elle s'est inscrite au programme. Dès le début, elle a saisi précisément dans son journal en ligne ce qu'elle mangeait et l'énergie qu'elle consommait. Elle a repoussé une fois la date visée pour son objectif et a augmenté sa consommation quotidienne de 1400 à 1600 calories. « Moins était trop difficile pour moi, j'avais froid tout le temps. »

Après sept mois, elle a pris la décision de ne plus remplir le journal que si son poids stagnait ou remontait pendant une période de deux semaines. Cela a bien fonctionné. « Il y avait aussi des phases où je pouvais compenser autant que je voulais, il ne se passait rien », dit Anita Züllig. Mais il est normal d'en passer par là. « On peut se représenter le processus de perte de poids comme une courbe en dents de scie. »

Discussion sur le forum d'eBalance


Elle a trouvé cette métaphore dans le forum d'eBalance, où elle échange avec d'autres membres. « Il m'a fallu d'abord un peu d'effort, mais ensuite, ça m'a soutenu tout au long de ma perte de poids. »

Elle a trouvé particulièrement utile d'avoir son propre blog. « Comme j'aime avoir une vue d'ensemble, je ne me suis pas seulement préoccupée de ma perte de poids, mais aussi de ce qui m'arrivait et ce qui me préoccupait. » Elle a trouvé les réactions à ses entrées « très fructueuses », en particulier lorsque sa propre motivation faiblissait.

Retrouvez plus de conseils en vous inscrivant à notre programme eBalance


Ressentir son corps dans son esprit


Aujourd'hui, Anita Züllig a l'impression d'être à nouveau d'aplomb, comme elle dit. Son image de soi s'est aussi transformée. Au cours des dernières années, elle s'imaginait être restée telle quelle, comme au temps où elle était en pleine forme et jouait au volley dans l'équipe nationale junior. Mais Anita Züllig pense qu'elle craignait de manière subconsciente de tenir de sa famille, où les bourrelets et le surpoids sont fréquents.

C'est pourquoi elle fait attention à ce que ses trois enfants, qui ne sont pas en surpoids, ne soient pas influencés négativement par ses nouvelles habitudes alimentaires. Quand Mira, sa fille aînée de 12 ans, a commencé à l'imiter et à peser ses repas sur la balance de cuisine, « j'ai fait un jeu de questions/réponses sur les calories avec les enfants, et je leur ai clairement expliqué qu'ils étaient en pleine forme et qu'ils n'avaient pas besoin de perdre de poids. »

S'éloigner du principe de performance


Elle a aussi expliqué à ses enfants que le principe d'eBalance n'était pas seulement de manger moins, mais de se nourrir sainement et de bouger suffisamment. Mira a eu une réaction intelligente : un jour où sa mère allait devoir renoncer à son jogging pour aller à une réunion professionnelle, elle lui a conseillé de ne pas prendre sa voiture, mais d'aller à pied à la gare et de prendre le train. Et en plus, ce serait meilleur pour l'environnement.

« En tant qu'ancienne sportive, au début, j'ai eu du mal à ne pas me raccrocher au principe de performance », dit Anita Züllig. « Je pensais qu'en dessous de 30 minutes d'effort intensif, ça ne comptait pas. » Depuis, elle a assimilé que toute activité corporelle est un plus, que ce soit une promenade, du yoga ou un jeu de danse sur ordinateur avec les enfants.


Un défi à vie


Cela aide également Anita Züllig à rester mince. « C'était plus facile de rester motivée à mesure que les kilos fondaient », dit-elle. Elle prend cependant immédiatement des mesures lorsqu'elle se laisse aller et que ça se reflète sur la balance. « Il ne faut pas se dire que ce n'est pas grave. » Et il faut surtout rester conscient(e) que le maintien du poids restera un défi permanent tout au long de sa vie. « Mais ma nouvelle silhouette et ma joie de vivre valent bien cet effort. »

Anita Züllig n'avait pas forcément envie de partager son expérience. « J'ai longtemps hésité », dit-elle. « Finalement, je me suis dit qu'avec ce portrait, prendre soin de mon corps serait une obligation. »

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.