culture

    «L'Amour Flou»: quand les acteurs jouent leur propre rupture

    Ils se sont aimés mais se séparent… ou presque: dans «L'Amour Flou», en salles, les acteurs Romane Bohringer et Philippe Rebbot mettent en scène leur histoire dans une comédie libre et attachante, exploitant après d'autres le créneau de l'autofiction.

    Publié le 
    11 Octobre 2018
     par 
    Relaxnews / JM

    Dans la vie, ils sont tous les deux acteurs, parents de deux enfants, séparés et ont décidé de continuer à vivre dans deux appartements contigus, communiquant par la chambre de leurs enfants. Dans «L'Amour Flou» aussi.

    Avec ce long-métrage, prix du public au Festival d’Angoulême, Romane Bohringer et son ex-compagnon Philippe Rebbot se sont lancés dans un pari un peu fou: raconter, en même temps que les événements se produisaient, leur installation dans des appartements reliés entre eux.

    «Ce qui a décidé de tout ça, c'est ce qui se passait dans notre vraie vie», raconte Romane Bohringer à l'AFP. «Un jour, quelqu'un a dit en rigolant c'est dingue, votre histoire, c'est une histoire de film. Là se met dans notre tête l'idée folle que c'est vrai».

    Autofiction et «direct live»

    «Tout d'un coup, l'urgence a été de dire ok, mais là il faut filmer maintenant parce que les travaux vont commencer», ajoute-t-elle. «Tout s'est écrit en fonction de ce qui arrivait dans la vraie vie, sur six mois. On a tourné en même temps que les choses arrivaient. On a montré de vrais déménageurs (…), le vrai moment où on a cassé le mur, le mariage de nos amis…»

    Si leur originalité consiste à avoir saisi les choses sur le vif, avec un ton bien à eux, Romane Bohringer et Philippe Rebbot s'inscrivent dans la continuité d'autres acteurs qui se sont essayés à parler de leur vie et à interpréter leur propre rôle dans un film.

    Valérie Donzelli racontait ainsi dans «La Guerre est déclarée» avec son ex-compagnon Jérémie Elkaïm leur histoire, celle de parents découvrant que leur fils de 18 mois souffrait d'une tumeur cérébrale.

    Sur un autre ton, Guillaume Canet et Marion Cotillard se sont amusés de leur image dans «Rock'n Roll», une comédie dont le sujet était Guillaume Canet lui-même, en pleine crise de la quarantaine. Y joue également Johnny Hallyday dans son propre rôle, comme il avait pu l'interpréter dans «Jean-Philippe» ou dans «Chacun sa vie» de Claude Lelouch.

     

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Rezo Films (@rezo_films) le

     

    5 films à voir (sans attendre) au cinéma en septembre

    Distance joyeuse

    À l'étranger, les exemples d'acteurs ayant interprété, souvent avec humour, leur propre rôle, ne manquent pas non plus, de Jean-Claude Van Damme dans «JCVD» à Bruce Willis dans «Ocean's Twelve».

    Et ce souvent au plus grand plaisir du public, qui s'amuse de pouvoir regarder les travers - supposés - des acteurs. Tout comme dans la série française sur le cinéma «Dix pour cent», dans laquelle défilent une série de stars dans leur propre rôle, de Juliette Binoche à Isabelle Adjani en passant par Fabrice Luchini.

    En jouant de l'ambiguïté entre réalité et fiction, les acteurs créent aussi une complicité avec le public, sans pour autant se mettre réellement à nu.

    «On ne leur demande pas d'apparaître tels qu'ils sont dans leur vie», résumait ainsi Cédric Klapisch, directeur artistique de la première saison de «Dix pour cent».

    «Le trait est tellement forcé, tellement tiré vers la comédie, que je n'avais aucune raison d'avoir peur», soulignait de son côté Marion Cotillard pour «Rock'n Roll».

    Pour Romane Bohringer et Philippe Rebbot aussi, s'ils ont décidé de garder leurs prénoms et de faire jouer leurs vrais enfants, leur film reste «de la fiction».

    «On n'a pas tout mis de nos vies», souligne Philippe Rebbot.

    «On a joué de ce qu'on sait de nous. Du coup, on a tout mis à un endroit de comédie», renchérit Romane Bohringer.

    «On a accepté de faire un objet de cinéma s'appuyant sur nos vraies personnalités, nos métiers. Mais c'était quand même un objet de cinéma», poursuit-elle. «On a compris assez vite que ça ne serait supportable par nous, nos intimes, nos enfants et les spectateurs que si c'était à une distance joyeuse, digérée, jamais trop collé à notre intime profond».

     

    Lady Gaga au cinéma: une actrice est née

    A lire également
    Voilà des semaines qu'on bassine nos collègues avec ces pépites: il était temps qu'on vous en parle!
    O
    «Charlie et la chocolaterie», «Matilda» et «Le BGG - Le bon gros géant» en font partie!
    O
    L'adaptation féerique du conte ayant inspiré le célèbre ballet n'a eu aucun mal à faire danser notre âme d'enfant.
    O
    Culture
    Rencontre avec la réalisatrice lausannoise qui sort un film sur la solitude des femmes après 60 ans.
    O
    News people
    Depuis qu’elle a tourné cette comédie aux côtés de Bradley Cooper, la chanteuse se la joue plus nature.
    O
    tarte chocolat vegan
    Cuisine
    Pour les gourmands qui ne consomment pas de substances animales, les chefs de l'EHL ont concocté un menu de fêtes 100% végétal!
    O
    News loisirs
    Jusqu'au 23 décembre, la capitale culturelle de la Suisse se transforme en un lumineux village de Noël, situé au cœur de la vieille ville.
    O
    News loisirs
    Tous nos coups de cœur de l'année: le doux parfum du vin chaud, de la raclette et des marrons nous appelle déjà!
    O