culture

    «Rock’n’roll»: aimer ou détester Guillaume Canet?

    Dans son dernier film, l’acteur incarne avec beaucoup d’humour et d’autodérision son propre rôle, loin de l’image glamour qu’on peut parfois se faire du couple médiatique qu’il forme avec Marion Cotillard. Au résultat? Une revanche sur le jeunisme et un des meilleurs rôles de sa carrière (si seulement il n’avait pas poussé la métaphore trop loin).

    Publié le 
    15 Février 2017
     par 
    Juliane Monnin

    Il dénonce la pression du corps parfait

    Guillaume Canet, la star du box-office, le comédien d’une popularité dingue, serait-il ringard? C’est le pitch de départ du film «Rock’ n’roll». Une question d'une journaliste de «ELLE» qui poussera l’acteur de 43 ans aux cheveux grisonnants à révolutionner son existence. Détrôné par d’autres hommes plus jeunes (Pierre Niney) ou plus sexy (son pote Gilles Lellouche)? Visiblement, la réponse est évidente pour sa partenaire de jeu interprétée par la belle (et rock pour le coup!) Camille Rowe, et ce, depuis un bon moment.

    Interviewé le 9 février sur «Le Quotidien», l’acteur expliquait qu’avec «Rock’n’roll», il avait voulu aborder la question de l’image dans le cinéma. «Pendant longtemps, on s’est beaucoup concentré sur les femmes et on laissait les hommes vieillir comme du bon vin» analysait-il sur le plateau. «Aujourd’hui, hommes comme femmes sont confrontés au diktat du physique». Ce constat de la difficulté de vieillir dans notre monde moderne (qui va jusqu’à une photographie du narcissisme des métiers du spectacle), le leitmotiv de «Rock’n’roll», s’exprime de A à Z dans le 5e film du compagnon de Marion Cotillard. Malheureusement, il se transforme, au fil de l’histoire, en une satire du jeunisme un peu «too much» à notre goût, pour tout vous dire… Sans spoiler l’intrigue, on doit quand même vous avouer que l’on a moins ri sur cette partie. Une partie un peu excessive, qui part, selon nous, un peu à la dérive. Partagées sur notre ressenti, on vous rassure: si on devait vous résumer en trois mots le long-métrage, on vous soufflerait à l’oreille, une comédie hilarante, rythmée et «feelgood». Tant son inspiration piochée dans sa vie quotidienne nous a séduites…

    Il met en scène ses amis et sa famille, l’épicentre de sa vie

    En 2010, dans le monumental «Petits Mouchoirs», on avait déjà bien senti son goût pour le partage. Cette fois-ci, afin de se la jouer rock (ou pas), celui qu’on surnomme dans la rue Monsieur Cotillard, n’hésite pas à nous ouvrir sa maison et nous présente Marion sous toutes les coutures (sans fard, en train de répéter ses rôles quitte à parler pendant un mois avec l’accent québécois pour travailler avec Xavier Dolan: les scènes sont à tomber), sa bande d’amis (un casting outrageusement bankable qu’on ne se lasse pas de découvrir en «off») ou enfin des guests remarqués (Kev Adams, Johnny Hallyday ou Céline Dion en bande-son). Même ses parents ont droit à un rôle; seul son fils Marcel, pour des raisons évidentes, ne joue pas dans le long-métrage. On le dit haut et fort: les scènes de leur vie de couple sont le clou du spectacle. Alors, sur le papier, tout pour cartonner, «Rock’n’Roll»?

    Il donne tout sur sa promo du film, la star de l’autodérision

    Mis à part un déménagement sur la Lune, depuis un mois, difficile de passer à côté de la promo tout-terrain de «Rock’n’Roll». En effet, le couple médiatique Canet Cotillard (enceinte!) était de tous les plateaux TV et buzz XXL sur Instagram, nous poussant même à nous demander si la routine était le nouveau luxe? On retiendra de ce marathon marketing la blague de Guillaume balancée chez Drucker sur la rumeur folle que son futur enfant n’était pas de lui. «Brad Pitt a dormi souvent à la maison». Hashtag autodérision. On retiendra aussi, son passage culte dans l’émission «Les Recettes Pompettes». Complètement ivre, le réalisateur du césarisé «Ne le dis à personne» a tout donné. Quitte à se mettre en danger: «Jamais… jamais de ma vie, j'avais été bourré comme je le suis maintenant» avait-il avoué face caméra. Mais, au bout du compte, trop c’est peut-être trop. Un peu fatiguées par ce cirque médiatique, on nuance notre avis sur cette sortie «événement». Et on déplore une fois de plus le passage où Guillaume se transforme en alter-ego de Mickey Rourke. Pour qu’on «l’aime encore».

     

    «Rock’n'Roll» de et avec Guillaume Canet, Marion Cotillard, Yvan Attal, Gilles Lellouche, Camille Rowe, Kev Adams, Maxime Nucci, Johnny Halliday… en salle le 15 février.


    A lire aussi: 
    Guillaume Canet au lit avec Marion Cotillard sur l'affiche de «Rock'n'Roll»
    «The Beguiled»: le trailer angoissant du prochain film de Sofia Coppola
    Cinéma: le retour de Trainspotting, 21 ans après!

     

    A lire également
    10 ans après le succès de «LOL», cette comédie s’annonce être la comédie du printemps.
    O