santé

    Contraception: le retour des méthodes naturelles

    Les crises sanitaires autour des pilules de troisième et quatrième générations, accusées d’augmenter les risques de thromboses veineuses, ont marqué les esprits.

    Publié le 
    5 Septembre 2014
     par 
    Jennifer Segui

    Retrait, méthodes Ogino ou Billings… ces méthodes de contraception, que l’on croyait dépassées ou réservées aux plus babas cools d’entre nous, sont de plus en plus plébiscitées par les femmes. C’est ce que révèle une étude française des instituts français Ined- Inserm. On y apprend que près d’une Française sur dix a recours aujourd’hui à une de ses méthodes dites naturelles. Et si la pilule reste encore le contraceptif le plus usité, son emploi recule de 9%. Quand 50% des femmes entre 15 et 49 ans l’utilisaient encore en 2010, elles ne sont plus aujourd’hui que 41%.

    Le pourquoi

    Les raisons de ce désamour sont à chercher dans les crises sanitaires liées aux pilules de troisième et quatrième générations, dont l’implication dans plusieurs cas de graves thromboses veineuses est avancée. Aujourd’hui, les femmes, qui tombent enceintes de plus en plus tard ne veulent plus infliger à leurs corps la prise quotidienne de produits chimiques et potentiellement dangereux. Le recours au stérilet non hormonal a augmenté de 1, 9%, même chez celle qui n’ont encore pas eu d’enfants, tandis que celui au préservatif a progressé de 3, 2%. Plus surprenant encore, le retrait (qui consiste pour l’homme à se retirer avant l’éjaculation) augmente de 3, 2%.

    La prise de température, le contrôle du calendrier du cycle ou la méthode Billings (qui consiste à observer sa glaire cervicale) ont aussi le vent en poupe, malgré leurs importants risques d’erreurs, aidés par des applications développées pour les smartphones. Se réapproprier leurs corps, responsabiliser leurs partenaires… en matière de contraception, les femmes explorent de nouveaux territoires…

    A lire également
    Adva Grundman nous parle de l’importance de traiter ces sujets, qui restent encore tabou.
    O
    Le taux de décès liés au sida inquièt: de 2,9 pour 100 000 habitants au Chili, il est le triple de la moyenne mondiale.
    O
    Le 12 avril 2018, la revue française «60 millions de consommateurs» s'attaque à l'industrie agroalimentaire.
    O
    Voyage
    Aussi douce que le tokay et piquante que le paprika, la «perle du Danube», capitale hongroise, se déguste de jour comme de nuit.
    O
    Voyage
    Partir en vacances sans hypothéquer son 2e pilier, c’est possible. Lonely Planet a dressé la liste des destinations les plus abordables.
    O
    En Suisse
    On vous dit où aller cueillir le soleil, et écouter le bourdonnement des abeilles, d’ici le début de l’été.
    O