news société

    Un lâcher de ballons? Mais vous n’y pensez pas!

    Lâcher dans l’atmosphère des kilos de plastique coloré fort peu biodégradable, quelle drôle d'idée! À l'instar de l'utilisation de pailles, ce geste festif appartiendra bientôt au passé - et tant mieux pour la planète! 

    Publié le 
    3 Septembre 2018
     par 
    Julien Pidoux

    La guerre contre le plastique ne fait que commencer. Après la bataille contre les sacs à usage unique dans les supermarchés, après la disparition annoncée des pailles dans les take-aways, les ballons gonflables sont désormais dans le viseur des ennemis du plastique. Parce que non, une fois disparus dans le ciel, ils ne se décomposent pas, mais finissent par retomber au sol et terminent, dans le pire des cas, dans les estomacs de la faune sauvage.

    #StopSucking: à bas les pailles!

    Mariages, anniversaires, fêtes d’entreprise ou de village, les occasions de procéder à ces lâchers sont légion, mais sont toujours plus mal vues. En Suisse romande, le mouvement ByeBalloon est né il y a peu. Son but? Informer le grand public et inciter entreprises et communes à trouver des alternatives. Parmi les organisations sensibilisées, Terre des hommes Genève, qui renonce à son lâcher de ballons en octobre. Et ce n’est que le début. «J’ai la plupart du temps de bons retours, explique Leïla Rölli, l’instigatrice du mouvement, même si j’ai été plutôt mal reçue par un agriculteur qui organisait un lâcher de ballons pour le 1er août et à qui j’ai voulu expliquer ce que cela créait comme problèmes.»

     

     

     

    Pêcheurs noyés

    Il est bien loin le temps où la ville de Cleveland, aux USA, afin de rentrer dans le Livre Guinness des records, organisait le plus grand lâcher de ballons du monde. C’était en novembre 1986, et 1,5 million d’entre eux étaient libérés au centre-ville… avant d’être rabattus à cause du vent dans la campagne environnante et dans le lac Erié. Problème: les gardes-côte étaient simultanément à la recherche de deux pêcheurs tombés de leur embarcation. Les ballons étant aussi orange que les gilets de sauvetage, on ne retrouva les malheureux que le lendemain, noyés. Autant dire que le coup de pub s’est vite transformé en méga flop.

    A lire également
    Ecoutez bien les étoiles: elles vous révèlent tout ce qui vous attend cette semaine!
    O
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    Des chercheurs ont montré qu'un manque de sommeil d'à peine deux heures pouvait diminuer les capacités d'adaptation à certaines situations.
    O
    News société
    Ce geste écologique permettrait d’économiser plus d’un milliard de pailles par an.
    O
    News société
    Faut-il acheter un légume bio emballé dans un plastique, ou un légume pas bio en vrac? La réponse des experts.
    O
    Une jolie tortue de mer qui nage
    News beauté
    La marque propose une adorable bombe de bain en forme de tortue pour sensibiliser à la défense des animaux.
    O
    News société
    On les utilise quelques secondes et elles polluent durant des décennies. Si on leur disait bye bye?
    O
    News société
    Elles seront remplacées par des versions en papier, afin de préserver la planète.
    O
    News société
    La terre surchauffe, le climat devient fou. Et si l'on agissait nous-mêmes en revoyant nos comportements?
    O
    News loisirs
    Tous nos coups de cœur de l'année: le doux parfum du vin chaud, de la raclette et des marrons nous appelle déjà!
    O
    tarte chocolat vegan
    Cuisine
    Pour les gourmands qui ne consomment pas de substances animales, les chefs de l'EHL ont concocté un menu de fêtes 100% végétal!
    O
    News loisirs
    Jusqu'au 23 décembre, la capitale culturelle de la Suisse se transforme en un lumineux village de Noël, situé au cœur de la vieille ville.
    O