news société

    «50 nuances de Grey»: qui a peur du grand méchant cycle menstruel?

    Après les palpitations créées par le sport de chambre intense du livre britannique, l’adaptation pour le cinéma arrive tambour battant.

    Publié le 
    28 Janvier 2015
     par 
    NPS

    «La première ébauche de script laissait penser qu'il y avait trop de scènes de sexe». Pourtant, c’est pas un peu le principe quand on porte à l’écran un livre érotique, les plans de paires de fesses et de seins, de corps nus et plus si affinité? Ne cherchez pas plus loin, c’est comme ça.

    Interviewée par Variety, Sam Taylor-Johnson, la réalisatrice du très attendu «Cinquante nuances de Grey», a admis que certains moments du roman d’E. L. James n’étaient définitivement pas inclus dans le film. «Il fallait équilibrer la narration pour que l'histoire ait autant d'importance que le sexe. C'est cette construction qui est intéressante.» Ben voyons. Une dose homéopathique de galipettes pour rendre le scénario plus cérébral, plus présentable aussi.

    Pas de tampons à l'horizon

    Les fameuses cinquante nuances n’auraient-elles pas surtout été réduites à une petite dizaine histoire de ne pas faire trop d’éclaboussures dans la très puritaine Amérique? Une preuve parmi d’autres: le très audacieux épisode où Christian Grey retire un tampon hygiénique du sexe d’Anastasia Steele pour ensuite lui faire l’amour a simplement disparu. «Cette scène n'existe pas dans le film, on n'a même jamais envisagé sa présence» nous informe Taylor-Johnson.

    Quoi, même dans un contexte érotique, venu d’un roman érotique pour un long-métrage un tantinet érotique, le sang des menstruations continue de faire grimacer Hollywood? D’autant plus étonnant que la cinéaste est plasticienne contemporaine, un CV pouvant laisser penser que les petites transgressions ne l’effraieraient pas trop.

    On attend de voir, mais en se voulant plus édulcorée, la version cinématographique de ce best-seller qui fit tant jaser dans les chaumières risque de susciter une bonne cinquantaine de nuances de grises mines chez les spectateurs les plus coquins.

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O