news people

    La Cicciolina: son nouveau fantasme politique

    A 60 ans, Ilona Staller, ex-star du X, s’est mise à la politique.

    Publié le 
    30 Avril 2012
     par 
    Stéphanie Penouel

    Jeans délavé, T-shirt à paillettes brodées, lunettes de soleil, Ilona Staller, dite la «Cicciolina», âgée de 60 ans, nous reçoit chez elle, dans sa prestigieuse demeure romaine. A ses côtés, son fiancé Luca Di Carlo, 35 ans, qui a notamment travaillé comme avocat pour Michael Jackson. L’ex-star du porno hongroise et ex-députée du Parlement italien est radieuse et amoureuse. Celle qui continue à défrayer la chronique en Italie prépare son retour au Parlement…

     

    FEMINA Après avoir créé le Parti de l’Amour ou le Parti des Libertaires, vous voilà avec votre nouvelle formation «DNA Démocratie, Nature, Amour». Vous avez récemment renoncé à vous présenter aux élections municipales de Monza (Lombardie) des 6 et 7mai 2012, pour devenir maire. Votre engagement politique reste-t-il entier?
    ILONA STALLER Absolument! J’ai l’intention de tout miser sur les élections législatives de 2013 et nous nous présenterons, Luca et moi, avec notre formation qui se démarque des partis traditionnels. Nous souhaitons vraiment améliorer la qualité de vie du peuple et être à son service. Nous battre contre la corruption, réduire les coûts de la politique et la pression fiscale sur les gens qui n’ont plus d’argent pour vivre, et nous occuper des besoins des plus pauvres et démunis.

    Pourquoi cette envie récurrente de faire de la politique? C’est pour faire parler de vous ou parce que vous y croyez vraiment?
    J’y crois à 150%, c’est une grande passion! Et puis les gens me demandent de les représenter, de les aider. A la poste, au marché, dans la rue. Ils me montrent leur attachement, leur estime, me réclament des autographes. Davantage les femmes que les hommes d’ailleurs. Je reçois également beaucoup de messages et de demandes d’aide sur Facebook. Il s’agit souvent de doléances liées à la crise économique. Certains pensent que, même si je ne suis plus élue au Parlement, je peux encore agir et faire des propositions de loi. Il est vrai que je conserve le titre d’«Onorevole», titre que l’on donne aux députés… Je me présenterai donc aux prochaines législatives pour que les choses changent!

    Comment fait une ex-star du porno pour être politiquement convaincante et crédible?
    J’ai toujours été transparente, c’est ma grande force politique. Je me suis toujours mise à nue, au propre et au figuré… (Rires). Je suis une personne honnête, naturelle, spontanée, loyale, blanche comme neige. Je suis entrée en 1987 au Parlement par la porte principale et sortie cinq ans plus tard la tête haute par la même porte, moi! Les gens en ont assez de la corruption et des affaires judiciaires dans la vie politique italienne.

    Vous avez fêté votre 60e anniversaire en novembre dernier, et vous avez commencé à toucher une retraite d’ex-députée…
    Je perçois en effet 2345 euros nets par mois de retraite, pour mon ancien mandat au Parlement italien, depuis le 31 décembre 2011. C’est la loi, je ne peux pas y renoncer. Mais contrairement à d’autres ex-parlementaires qui vivent à l’étranger, je dépense au moins mon argent en Italie! Je voudrais en verser une partie à des œuvres de bienfaisance et, pourquoi pas, aller le distribuer un jour à la sortie de la Chambre des députés, dans la rue, aux gens qui en ont vraiment besoin.

    Cette retraite vous sert-elle à vivre?
    Cela m’aide. Je ne perçois pas, pour moi, un seul euro de pension alimentaire de mon ex-mari (ndlr: Jeff Koons, célèbre artiste germano-américain).

    Vous travaillez donc pour subvenir à vos besoins? Quel genre de travail?
    Je suis invitée par des discothèques. Dans mes spectacles, je chante, en me coiffant de mes anciennes couronnes de scène qui sont magnifiques et… je montre mes seins! Ils sont beaux, imposants, et j’en suis très fière! Ils ont été refaits après la naissance de mon fils Ludwig en 1994. Comme je l’ai allaité, j’ai voulu refaire ma poitrine. On m’invite aussi à la télévision. Je suis célèbre en Italie et très demandée. J’ai même participé, il y a quelques années, à l’émission de télé-réalité «The Farm» près de Londres. Avec mon fiancé Luca Di Carlo, nous aimerions d’ailleurs participer ensemble à un jeu de télé-réalité. Rassurez-vous, ce n’est pas pour faire l’amour devant les caméras!

    Continuerez-vous encore longtemps vos spectacles?
    Pourquoi pas! Tant que mon physique me le permettra. Je dois vous faire une confidence: si on me proposait de poser complètement nue dans le magazine Playboy, je le ferais tout de suite, très volontiers, sans aucun problème! Cela pour montrer qu’à 60 ans on peut être encore une femme très séduisante, sexy et belle. Les gens seraient très agréablement surpris…

    Comment faites-vous pour garder une telle forme?
    C’est vrai que je ne fais pas mon âge. Je fais de la gym, de la natation, du jogging. Je pèse 54 kilos pour 1,65 m, avec un corps très ferme. Et je prends vraiment soin de ma peau. Mais je dois aussi remercier ma mère et les gènes qu’elle m’a transmis. J’ai eu recours à la chirurgie esthétique, mais uniquement pour des petites retouches de Diva: j’ai fait enlever quelques rides. Pour le reste, à part ma poitrine naturellement, tout est d’origine.

    On vous appelle plus souvent Cicciolina ou Ilona Staller?
    Plus fréquemment Cicciolina. J’adore ce personnage, il est doux, naïf, intelligent et aime les gens. Je suis Ilona et Cicciolina.

    Vous êtes bien dans votre peau?
    Oui, je me sens moi-même. Il y a tellement de choses intéressantes à faire dans la vie après 60 ans! J’adore la nature, m’occuper des animaux… J’ai cinq chats et cinq chiens. Je n’ai pas peur de la vieillesse. Mais je ne pourrais pas supporter d’avoir une maladie fortement invalidante et de constituer un problème pour mon entourage. Dans ce cas, je préférerais mourir. Ce que je rêve de faire quand je serai grande…? Continuer la politique, faire du théâtre et réciter du Shakespeare!

    L’amour contribue à vous rendre aussi rayonnante…
    Le fait d’être amoureuse d’un homme aussi jeune, beau et brillant que Luca m’aide à me tenir en forme, certainement. J’ai beaucoup souffert de mon divorce avec mon ex-mari. J’ai eu des moments très difficiles, j’ai pleuré à la télévision quand mon ex-époux m’a pris notre enfant, tout le monde s’en souvient.

    Comment vous êtes-vous connus avec Luca?
    Il y a quatre ans environ. Il m’appela à Rome au téléphone pour me proposer ses services d’avocat et assurer ma défense contre mon ex-époux. Il est aussitôt devenu mon avocat et… mon fiancé. On s’est vite trouvé plein d’affinités, aussi bien sur le plan professionnel que sexuel. L’amour est né après un mois. C’est une relation très sérieuse! Je suis tombée amoureuse de son «cerveau électronique» – c’est un avocat extraordinaire, il a gagné mes procès – et de son physique. Il est athlétique, doux, a de beaux yeux, une bouche très sensuelle faite pour être embrassée… Et puis il est même mieux monté, à mon avis, que Rocco Siffredi.

    Votre «baby fiancé» est de 25 ans votre cadet. Une différence d’âge qui pose problème?
    Non, on s’amuse beaucoup ensemble et on est sur la même longueur d’onde. Je me sens éternellement jeune au fond de moi. Si ma relation amoureuse devait finir avec Luca, je ne réagirais pas, je pense, comme Demi Moore qui a souffert et beaucoup maigri après l’effondrement de son mariage avec Ashton Kutcher, de 16 ans son cadet. Je trouverais immédiatement quelqu’un d’autre. Un clou chasse l’autre! Luca est en ce moment l’homme de ma vie, mais nous n’avons pas pour l’instant l’intention de nous marier, nous vivons déjà pratiquement ensemble. Et je suis une femme fidèle. Oui, très fidèle. Je ne pourrais pas vivre deux histoires en même temps.

    Qu’est-ce qui lui plaît chez vous?
    Mon caractère, qui a de multiples facettes. Il aime ma grande sensibilité, en plus de l’aspect physique. Il est un peu jaloux de mon passé professionnel, il n’a jamais vu l’un de mes films pornos.

    Regrettez-vous d’avoir eu cette carrière pornographique?
    Je n’ai pas de regrets. Ça a été une période de ma vie qui m’a beaucoup amusée, mais ce n’est plus de mon âge aujourd’hui, et je n’en ai plus envie.

    Vous considérez-vous comme une bonne mère?
    Je me considère comme une mère parfaite, exemplaire, qui vit en fonction des besoins et des intérêts de son fils.

    Vos relations avec votre ex-mari?
    Elles sont inexistantes. On ne se parle plus. On aurait pu rester de bons amis, c’est vraiment dommage. Mais avec tous ces procès intentés contre moi, au sujet de notre fils Ludwig, c’est impossible. On a divorcé en 1993, Ludwig va bientôt avoir 20 ans. Nos controverses judiciaires durent depuis 19 ans, et ce n’est pas terminé.

    Parlez-vous de votre ex-carrière de star du porno avec Ludwig?
    On n’en parle jamais, car cela ne l’intéresse pas. Je ne pense pas qu’il ait vu mes films. Il est au lycée linguistique, il passera son bac l’année prochaine et veut entreprendre des études d’informatique à l’Université. Il n’entend pas suivre l’exemple «hard» de sa mère, mais il est majeur. Il fera ce qu’il veut.

     

    A lire également
    Le sex-symbol transgressif des années 90 multiplie les engagements humanitaires. Un dévouement adoubé par la Croix-Rouge.
    O
    A l'occasion de la sortie de son film «Un bébé pour Noël», l'actrice s'est confiée.
    O
    La star revient avec un album à son image: délicat, touchant, élégant et fort.
    O
    News loisirs
    Jusqu'au 23 décembre, la capitale culturelle de la Suisse se transforme en un lumineux village de Noël, situé au cœur de la vieille ville.
    O
    tarte chocolat vegan
    Cuisine
    Pour les gourmands qui ne consomment pas de substances animales, les chefs de l'EHL ont concocté un menu de fêtes 100% végétal!
    O
    News loisirs
    Tous nos coups de cœur de l'année: le doux parfum du vin chaud, de la raclette et des marrons nous appelle déjà!
    O