voyage

    Week-end shopping à Mendrisio au Tessin

    Après Viège, Femina continue de vous faire découvrir des villes qui méritent qu’on s’y arrête.

    Publié le 
    5 Août 2012
     par 
    Julien Pidoux

    Mendrisio, c’est un peu la plongée dans l’inconnu. De ce côté-ci des Alpes, peu de monde a déjà eu l’occasion d’y mettre les pieds. Forcément, sa voisine Lugano sait se faire attirante, et Milan n’est finalement qu’à une petite heure de train. Et pourtant, dites «Mendrisio» à un Chinois, et vous verrez ses yeux s’illuminer. Car la petite ville héberge l’une des Mecque du shopping mondial, le Foxtown, un immense centre commercial qui propose, à prix imbattables, les plus grandes marques du luxe.

    Mais réduire Mendrisio à ce mercantilisme globalisé serait une insulte à son charme. Et elle en a à revendre. Il suffit de déambuler au hasard dans les ruelles de son centre historique, particulièrement bien rénové, pour s’en assurer. Palais, églises baroques ou rococo, villa à l’inspiration coloniale, édifices audacieux signés Marco Botta, le flâneur en prend plein la vue. Ce n’est pas forcément un hasard si la Faculté d’architecture de l’Université de la Suisse italienne s’est ouverte ici, car le célèbre architecte tessinois est un enfant du cru, et a bataillé ferme pour que l’Accademia di architettura voie le jour.

    Avec elle, la ville s’est offert une nouvelle jeunesse, et les bars et restaurants se sont remplis. Après avoir admiré la superbe sculpture ailée de Nikide Saint-Phalle, comme emprisonnée derrière les colonnes monumentales de l’académie, un petit détour par le campus, doté d’un parc verdoyant, permet de ressentir cette nouvelle atmosphère. On se rêve propriétaire de la Villa Argentina (qui fait aujourd’hui partie de l’académie) et on se désaltère sur la terrasse de l’université, avant de s’attaquer au «nucleo storico» (le cœur historique) de Mendrisio. Surtout, il faut pousser l’audace jusqu’à pénétrer dans quelques-unes de ses nombreuses cours intérieures, véritables trésors cachés, comme celle du Palazzo Pollini. Les férus de culture seront ravis, car la ville offre toute une série de belles surprises.

    Son Musée d’art, établi dans l’enceinte d’un ancien couvent, propose depuis une vingtaine d’années des expositions consacrées aux grands maîtres du XXe siècle. Celle consacrée à Eugenio Montale et Filippo de Pisis, peintres, poètes et amis, prend fin le 26 août 2012. Le Musée a, en outre, la garde de plus de 650 transparents, ou trasparenti, une véritable spécialité du lieu: des toiles représentant des scènes de la Passion du Christ, translucides et enduites de cire, illuminées par des bougies lors des processions de la Semaine sainte. Une tradition séculaire qui fascine aujourd’hui encore.

     

    Fatigué par tant de beautés, il faudra fournir un dernier effort pour marcher jusqu’aux Cantine, les caves de la ville. Car Mendrisio, c’est aussi le berceau du merlot tessinois, et les viticulteurs de la région ont presque tous pignon sur ce viale au cachet villageois. Tout au bout de cette petite artère, les grotti n’attendent que le voyageur affamé et assoiffé. Et comme tout le monde le sait, effectuer un séjour au Tessin sans s’arrêter dans un grotto, ce serait un peu comme se promener à Paris sans apercevoir la tour Eiffel. Il manquerait un petit quelque chose.

    La femme

    Lucia Manganiello-Danesi aime Mendrisio. Elle a choisi de s’y installer il y a vingt-quatre ans, et ne partirait pour rien au monde. «Tu as tout ici, c’est une vraie ville, mais à dimension humaine.» Humaine, un adjectif qui lui convient aussi. Infirmière en oncologie, elle a toujours eu un intérêt très fort pour cette discipline. «Ma mère est bien morte d’un cancer quand j’avais 3 ans, mais je ne crois pas que ceci explique cela», avoue-t-elle humblement.

    En 2004, elle participe à la création du Centre de sénologie de la Suisse italienne (www.eoc.ch), dédié au cancer du sein. Sous un seul toit, les femmes peuvent s’informer, apprendre à s’auto-diagnostiquer, se faire soigner le cas échéant, être écoutées et suivies. Lucia, elle, fait le lien entre les professionnels et ces femmes parfois meurtries. «Un rôle très beau, très intéressant», s’enthousiasme cette mère de deux enfants.

    Carte d’identité

    • Habitants: 12 129
    • Altitude: 367 m.
    • Hameaux: Mendrisio, Arzo, Capolago, Genestrerio, Rancate, Salorino, Tremona.
    • Transports: Depuis Lausanne, compter 5 heures et demie en train. L’aéroport de Lugano est à 25 kilomètres, celui de Milan à 35.

     

    A lire également
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Attention: après la lecture de cet article, vous allez vouloir réserver vos vacances illico presto!
    O
    Voici la formule pour trouver le vol au meilleur prix: réservez votre voyage au moins trois semaines à l'avance et...
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O