Femina Logo

Culture

Visite guidée: Le jardin des Tarots de Niki de Saint Phalle

Niki de saint phalle jardin des tarots photo alamy

Niki de Saint Phalle a passé toute une vie ou presque à façonner son giardino dei Tarocchi, son jardin des Tarots, à Capalbio, en Toscane.

© Alamy

C’est l’histoire d’une anodine colline boisée de Toscane, loin de tout, à l’écart des grandes routes et des Mecque touristiques de la région, qui est devenue un chef-d’œuvre. En 1978, la franco-américaine Niki de Saint Phalle, une des plus grandes artistes du XXe siècle, lance en effet la réalisation d’un immense projet sur ce bout de campagne italienne de Garavicchio de Pescia Fiorentina, à une heure et demie au nord de Rome. Elle souhaite y élever son jardin des Tarots, un ensemble monumental féerique, sorte de chimère architecturale, à mi-chemin entre la résidence et l’acte créatif pur, qui synthétise tout son art.

Cette autodidacte de génie est déjà une célébrité lorsqu’elle débarque ici, accompagnée d’ouvriers locaux, d’amis artistes ainsi que de son mari Jean Tinguely. Ses sculptures généreuses et colorées de femmes sont connues dans le monde entier, de même que ses tableaux de tir, où la toile se macule de peinture au hasard de ses coups de fusil.

Mais la plasticienne n’a jamais oublié sa découverte émerveillée de Gaudi et du parc Güell, à Barcelone, peu après son arrivée en Europe dans les années 50, ni celle du palais idéal du facteur Cheval, dans le sud de la France.

Des artistes qui n’appartiennent à aucune école, comme elle, et qui ont osé suivre leur vision totale de l’art. Elle fera de cet endroit anonyme son sanctuaire personnel, juste pour elle, loin des musées, des expositions, des spéculations.

Vivre dans l’impératrice

La Toscane n’était cependant pas dans ses projets initiaux. Apprenant qu’elle cherchait un terrain en pleine nature pour réaliser son œuvre maîtresse, ce sont des amis italiens qui lui avaient proposé d’investir ce morceau de leur domaine. Niki de Saint Phalle s’était alors passionnée pour les jardins de la Renaissance présents dans la région, des jardins astrologiques truffés de codes et de significations.

Elle, la passionnée de religion et d’ésotérisme, se mit à fouiller dans la mythologie en quête d’une thématique pour structurer le sien. Le tarot!, avait plutôt suggéré l’ex-femme de Tinguely, avec qui elle entretenait une relation d’amitié et qui connaissait son intérêt pour la divination. L’idée plaît tout de suite. La plasticienne imagine alors vingt-deux sculptures monumentales représentant les arcanes majeurs du tarot, disséminées dans l’enceinte du parc.

Reflets psychédéliques

Côté réalisation, elle entend reprendre la technique mise au point pour ses précédentes œuvres de grande envergure et qui a fait sa renommée: une structure en métal sur laquelle elle plaque béton et polyester, avant de recouvrir le tout d’une mosaïque de fragments de miroir, de verre de Murano ou de plastique. Certaines, culminant à quinze mètres, sont même habitables. La sculpture baptisée «L’impératrice» devient son lieu de vie. Elle y dort durant ses premiers séjours toscans et y organise les discussions avec les autres artistes, trouvant rassurant et inspirant de vivre dans l’une de ses créations.

© Alamy

Un salon, une cuisine, une salle de bains, une chambre, l’œuvre offre toutes les commodités imaginables. Mais cette maison singulière tapissée de miroirs aux reflets psychédéliques finit par l’angoisser. Elle la délaisse quelques années plus tard au profit d’un atelier qu’elle fait installer dans le jardin, mais en dehors des sculptures. L’autre œuvre habitable, la Tour de Babel, est personnalisée par Jean Tinguely. La trouvant bien trop haute, il la décapite pour retrouver la signification biblique du monument. Son artiste de mari l’aidera également à la confection des structures métalliques de toutes les figures du tarot.

L’artiste en son miroir

Mais parallèlement à son imagination, Niki de Saint Phalle doit financer ce projet titanesque, le plus coûteux, le plus ambitieux de sa carrière. Surfant sur sa cote élevée sur le marché de l’art, elle lance son propre parfum et crée de nombreux objets destinés à la vente aux collectionneurs. Malgré ces rentrées d’argent, il lui faudra néanmoins deux décennies pour parachever son jardin des Tarots, aujourd’hui accessible au public mais gardé hors des grands circuits touristiques.

C’est d’ailleurs à peine si l’ensemble se remarque dans le paysage. Du fait de la topographie du site, les sculptures ne s’offrent pas en même temps au regard. Le visiteur est d’abord accueilli par la Papesse, une grande tête féminine qui semble crier et faire écho aux traumas de l’artiste, dont l’enfance fut hantée par l’inceste.

Violée par son père à l’âge de 11 ans, Niki de Saint Phalle a trouvé une catharsis dans les grandes représentations féminines, qui tantôt dansent, dominent le monde, tantôt expriment une glaçante souffrance ou vivent une sexualité sans tabou.

Les autres sculptures du jardin suggèrent par ailleurs ces mêmes combats intérieurs. Plus loin, on découvre ainsi le Magicien, le Diable, les Amants ou encore la Force, où une femme domine un dangereux dragon. Ce lieu «m’a beaucoup aidée à me comprendre moi-même», confia l’artiste quelques années plus tard, qui vouait à cette réalisation majeure une passion différente de ce que pouvaient lui inspirer ses autres œuvres. «Le jardin des Tarots était mon mari, mon amour, mon tout.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Nicolas vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E63: Comment mieux vivre la ménopause

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné