Femina Logo

pépites en vue!

Festival de Cannes 2022: les réalisatrices et les films à suivre

Festival de cannes 2022 les realisatrices et films a suivre les amandiers

Dans Les Amandiers, Valeria Bruni Tedeschi rend hommage aux fondateurs d'un mythique théâtre de Nanterre. Avec, entre autres, Nadia Tereszkiewicz et Sofiane Bennacer.

© AD VITAM PRODUCTION/AGAT FILMS ET CIE/BIBI FILM TV/ARTE FRANCE CINEMA

L’écho de Titane résonne encore, alors que les marches cannoises accueillent leur 75e tapis rouge: c’est avec ce long-métrage explosif que la jeune réalisatrice Julia Ducournau était devenue la deuxième femme à remporter la Palme d’Or, en 2021, près de trente ans après Jane Campion, qui avait marqué l’histoire du festival avec La Leçon de piano, en 1993. Invitée au panthéon du cinéma français, Julia Ducournau avait suscité de l’espoir et peut-être ouvert des voies… Qui pourra lui succéder? se demande-t-on, en parcourant la liste des œuvres présentées en compétition pour l’édition 2022. Si les réalisatrices sont, une fois de plus, trop peu nombreuses à rejoindre la Croisette, leur travail n’en est pas moins exemplaire. Afin de les mettre en lumière, voici donc les films à voir, créés par des femmes ou abordant des thématiques qui les concernent.

5 réalisatrices en lice pour la Palme d’Or

Les Amandiers de Valeria Bruni Tedeschi

Avec ce long-métrage, la réalisatrice d’Un Château en Italie et de Les Estivants rend un hommage intime aux fondateurs du Théâtre des Amandiers de Nanterre, Pierre Romans et Patrice Chéreau (Louis Garrel). À la fin des années 80, des comédien-ne-s de théâtre lancent leur carrière à une époque où le sida fait ses premières victimes. Du côté du casting, on note une brochette de jeunes talents prometteurs à l’instar de Zoé Adjani, Léna Garrel, Nadia Tereszkiewicz, Suzanne Lindon ou Vassili Schneider.

Des Étoiles à minuit de Claire Denis

En adaptant le roman de Denis Johnson, The Stars at Noon, la réalisatrice française fait son grand retour avec cette histoire d’amour qui se déroule pendant la révolution au Nicaragua. En pleine période électorale en 1984, une jeune journaliste américaine se retrouve bloquée sans passeport. Elle rencontre alors un businessman anglais (Robert Pattinson), qui lui promet de l’aide pour fuir le pays. Mais le personnage joué par Margaret Qualley (la révélation de la série Maid) réalise trop tard que cet homme côtoie un monde trouble et dangereux.

Showing up de Kelly Reichardt

Après avoir collaboré pour Wendy and Lucy, présenté à Cannes en 2008, l’actrice Michelle Williams et la réalisatrice Kelly Reichardt se retrouveront sur la Croisette quatorze ans plus tard. Showing up, le quatrième film créé par ce duo américain, brosse le portrait d’une brillante sculptrice, pour laquelle l’équilibre entre l’art et la vie quotidienne s’avère de plus en plus compliqué à maintenir: alors que le vernissage de sa nouvelle expo approche, elle décide de puiser de l’inspiration dans ses difficultés personnelles. Pour l’aider à préparer le rôle, Kelly Reichardt aurait prié Michelle Williams de travailler avec une experte de la sculpture, afin qu’elle prenne connaissance de la technique et du matériel: «À chaque fois que Kelly et moi pouvons discuter d’une scène, ce sont des moments très précieux», a affirmé la comédienne auprès de Variety, au début du mois de mai 2022.

Si le long-métrage est pour l’heure entouré de mystère (il n’a pas de bande-annonce!), sa sortie est prévue pour le 27 mai. On espère le retrouver sur une chaîne ou une plateforme disponible en Suisse - on vous tient au courant.

Le Otto Montagne de Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen

Né d’une équipe française, italienne et belge, ce film présente l’histoire émouvante de l’amitié indéfectible entre deux héros, Pietro et Bruno, que la vie sépare et réunit tour à tour. Élevé au cœur des Alpes, l’un veut rester dans son petit village isolé, tandis que l’autre s’épanouit dans le tumulte de la ville: malgré leurs différences, ils restent unis, prouvant que rien ne pourra détruire leurs liens. Il faudra toutefois attendre quelques mois avant de pouvoir découvrir ce long-métrage, sachant que sa sortie n’est prévue qu’en décembre 2022.

Un petit frère de Léonor Serraille

La jeune réalisatrice française de 36 ans signe son troisième long-métrage et viendra le présenter à Cannes, cinq ans après avoir remporté le prix de la caméra d’or pour Jeune Femme. Dans ce nouveau film, Léonor Serraille raconte le quotidien d’une famille arrivée à Paris depuis la Côte d’Ivoire, dans les années 1980. On y suit une maman, Rose (Annabelle Lengronne), et ses deux fils, Ernest et Jean, durant trente ans de leur vie. L’humoriste Ahmed Sylla, qui y tient son premier rôle dans un film d’auteur, a notamment rendu hommage à la réalisatrice dans un post Instagram diffusé fin avril 2022: «Merci pour ce cadeau, je ne réalise pas encore», a-t-il écrit au moment de découvrir la sélection d’Un petit frère à Cannes.

Des films aux thématiques essentielles

When You Finish Saving the World, le premier long-métrage de Jesse Eisenberg (The Social Network) en tant que réalisateur, s’annonce mémorable. Produit par Emma Stone, le film (hors compétition) met en scène Julianne Moore, dans le rôle d'une responsable d’un refuge pour victimes de violence domestique, ainsi que Finn Wolfhard (sensationnel dans Stranger Things), fils de la militante féministe et musicien star d’un réseau social fictif insensible à la réalité de la vie.

Dans Broker, d’Hirokazu Kore-eda, le réalisateur japonais, Prix du jury pour Tel Père, tel fils, et Palme d’Or pour Une affaire de famille, expose la thématique poignante des baby box, boîtes destinées à recueillir des bébés abandonnés en Corée du Sud.

Habitué de Cannes, Arnaud Desplechin interroge dans Frère et Sœur les relations complexes des fratries. Dans ce qui promet d'être un drame bouleversant, Marion Cotillard et Melvil Poupaud se donnent la réplique alors que leurs personnages, fâchés, se retrouvent à la mort de leurs parents. En salles le 20 mai 2022.

Réalisé par Mia Hansen Løve, Un beau matin met en scène Léa Seydoux dans la peau de Sandra, une jeune mère qui élève seule sa fille. Alors qu’elle doit également gérer la maladie dégénérative de son père, elle va tomber sur une vieille connaissance jouée par Melvil Poupaud.

Dans la satire sociétale Triangle of Sadness, de Ruben Östlund (en compétition), on suit l’itinéraire d’un couple de mannequins influenceurs qui se retrouve bloqué sur une île déserte avec un groupe de milliardaires et une femme de ménage, suite à un accident survenu lors d’une croisière. Les classes sociales s’avèrent alors inutiles et finissent par être renversées.

Les nuits de Mashhad, par Ali Abbasi, nous emmène en Iran, au tout début des années 2000, alors qu’une série de féminicides bouleverse Téhéran. Décidée à démasquer l’assassin, une courageuse journaliste demande du soutien aux autorités, qui ne semblent pas avoir l’intention de lui apporter beaucoup d’aide. Inspirée de faits réels, cette production aborde des thématiques importantes et promet de marquer les esprits.

Après Girl, portrait d’une ado trans qui rêve de devenir danseuse étoile, Lukas Dhont débarque trois ans plus tard sur la Croisette avec Close, un scénario coming of age qui narre une amitié fusionnelle entre deux garçons de 13 ans. Inspiré de la propre expérience du réalisateur, le film devrait aborder les normes de genre. On y retrouvera Emilie Dequenne et Léa Drucker.

Et aussi…

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs et coproduit par la RTS, El Agua, d’Elena López Riera (professeure de cinéma à la HEAD Genève), suit une bande de jeunes qui tente de survivre au spleen estival dans un petit village espagnol. Alors qu’une tempête gronde, la croyance locale raconte que les femmes ayant «l’eau en elles» sont prédestinées à disparaître dans l’inondation.

La dérive des continents (au Sud), du réalisateur suisse Lionel Baier (Quinzaines des Réalisateurs) nous plonge dans le quotidien de Natalie Adler, jouée par Isabelle Carré, préparant la visite diplomatique en Sicile du couple européen Merkel Macron.

James Gray, le réalisateur de The Immigrant, signe son grand retour avec Armageddon Time. Un récit personnel, inspiré de son enfance dans le Queens des années 80, giron immobilier du père de Donald Trump. Crush en vue pour le duo Anthony Hopkins Anne Hathaway!

Nominé à la Quinzaine des réalisateurs, Revoir Paris d’Alice Winocour filme la maîtresse de cérémonie Virginie Efira. Trois mois après avoir été victime d’un attentat, Mia peine à se rappeler des événements, mais va tout faire pour retrouver le bonheur.

Après la Belle Epoque, Nicolas Bedos, dévoile Mascarade, une comédie dramatique tournée sur la Côte d’Azur. À l’affiche, on découvre, entre autres, Isabelle Adjani, Pierre Niney ou Marine Vacth. En salles le 2 novembre 2022.

Rendez-vous incontournable de la 75e édition du Festival de Cannes, le biopic Elvis, de Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby le Magnifique), est consacré à la légende de la musique Elvis Presley. Au casting, on note également Tom Hanks. En salles dès le 22 juin 2022.

99 Moons, du réalisateur suisse Jan Gassmann (sélection ACID, Association pour le Cinéma Indépendant), narre une rencontre amoureuse intense et un bouleversement de convictions.

Dans Tori et Lokita, de Jean-Pierre et Luc Dardenne, un jeune garçon et une ado arrivés seuls d’Afrique en Belgique confrontent leur amitié et les difficultés qu’ils ont rencontrées lors de leur exil. En salles le 28 septembre 2022.

Après BAC Nord, Cédric Jimenez revient avec Novembre, qui retrace la traque des auteurs des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Au casting, on note Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain et Lyna Khoudri.

Dans Les Cinq diables, Léa Mysius explore l’enfance, les secrets familiaux et de mystérieux troubles physiques (perte de la vue, de l’hypersensibilité ou de l’odorat). Au casting: Adèle Exarchopoulos et Daphné Patakia.

36 ans après la sortie de la comédie romantique culte Top Gun, Top Gun: Maverick de Joseph Kosinski fera vibrer les fans de Pete Mitchell, alias Tom Cruise, qui aura 60 ans en juillet. Take my breath away… Au casting, on note également Jennifer Connelly. En salles le 25 mai 2022.

Dans Les crimes du futur, de David Cronenberg (en compétition officielle), Léa Seydoux, Kristen Stewart et Viggo Mortensen évoluent dans une société où la chirurgie est devenue si désirable qu’on la compare au sexe (Surgery is the new sex). Dans ce monde normé par les mutations corporelles, un artiste dévoile la métamorphose de ses organes grâce à des spectacles d’avant-garde. Pas sûr que le thriller glaçant atterrisse sur Netflix.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Juliane vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E81: Comment aider nos proches vivant un burnout ou une dépression

Dans vos écouteurs

Podcast Tout va bien E80: L'utilité de l'EFT dans la gestion du stress

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné